biologique

  • semaine bio 2013

    Semaine  bio 2013

    Comment participer?

    La thématique pour 2013

    Le bio près de chez vous, c’est bon pour la santé, mais en plus cela a du goût!

    Les produits bio ont convaincus de nombreux consommateurs car ils sont respectueux de la santé de l’homme assurant par exemple des produits exempts de pesticides chimiques, de résidus d’OGM. Mais ce n’est pas tout! Les produits bio sont aussi reconnus pour leur goût authentique et savoureux. Des légumes de pleine terre, des animaux élevés en plein air, du pain qui a pris le temps de lever, les produits bio séduisent par leur qualité. Le Semaine Bio mettra en avant le bio, bon pour la santé, bon pour le palais.

    En 2013, la campagne mettra une fois encore la production régionale à l’honneur. La Wallonie compte à elle seule 980 producteurs et 434 transformateurs bio Wallons à la fin 2011. La Semaine Bio est l’occasion de mettre en avant ce fort potentiel et un savoir-faire de qualité.

    La Semaine Bio 2012 en 4 questions

    1. Qui peut participer?

    Que vous soyez producteur, transformateur, point de vente, association, collectivité, école ou particulier, vous pouvez proposer une activité, à condition qu’elle soit en lien avec l’agriculture biologique.

    Pour participer, pas besoin de gros moyens, ni de déplacer des montagnes, tous les projets comptent, qu’ils soient à destination du grand public ou des professionnels! Il vous suffit d’avoir une idée.

     

     

    2. Comment participer?

    Vous devez vous inscrire en ligne via www.semainebio.be/inscriptions.php ou compléter le formulaire en pièce jointe et le renvoyer au plus tôt et avant le 10 avril par fax (081/390 691) ou par courrier postal à BioForum Wallonie (98, rue Nanon, 5000-Namur). Une fois votre dossier d’inscription complété, BioForum Wallonie reprendra contact avec vous. Après acceptation de votre dossier, vous recevrez des outils de communication pour faire connaître votre action.

    3. Quelle activité?

    Soit vous vous adressez au grand public,

    Quelques exemplesd’activités en lien avec la thématique:

    • dégustation de produits locaux, test goût à l’aveugle
    • atelier culinaire pour apprendre à cuisiner vos produits
    • démonstration avec participation du public
    • conférences et soirées débats
    • visite ou portes ouvertes: faire découvrir, au détour d’une ballade, vos installations et en quoi consiste votre quotidien
    • promotions
    • animations pédagogiques
    • expositions
    • projections et débats
    • etc.

    Soit/Et vous vous adressez aux professionnels,

    Quelques exemples:

    • conférences et soirées débats
    • formations
    • rencontres en réseaux
    • dégustations
    • etc.

    Si vous désirez organiser une conférence ou un atelier pédagogique, BioForum Wallonie peut vous aiguiller vers des intervenants.

    Toute activité ayant pour thème le goût et les saveurs des produits locaux sera particulièrement encouragée!

     

    4. Comment communiquer votre activité?

    Pour donner de l'ampleur à la campagne et sensibiliser le grand public, la Semaine Bio bénéficiera d'une couverture médiatique.

    Pour assurer la visibilité de votre action, Nous mettons à votre disposition plusieurs outils. A vous de vous en servir pour promouvoir votre activité:

    1. Votre activité sera répertoriée sur le livret «Programme de la Semaine Bio» et sur le site internet www.semainebio.be

    2. Nous vous offrons un kit communication (à commander lors de votre inscription) reprenant:

    • des flyers personnalisables pour y inscrire votre activité (GRATUIT)
    • des livrets «Programme de la Semaine Bio» reprenant votre activité (GRATUIT)
    • des folders généraux sur le bio (GRATUIT)
    • des livrets de cuisine bio, réalisé en collaboration avec le magazine Télépro, à offrir à vos visiteurs. (GRATUIT) (Sous réserve de l’obtention des subsides du Ministre de l’agriculture)
    • des sets de table sur la thématique bio (uniquement pour les activités comportant dans leur programme un repas bio) (GRATUIT)
    • des bâches «Semaine Bio», format 50 cm x 150 cm avec 4 œillets(8 euros/ unité+ frais de livraison à inclure)

    3. Vous pouvez également télécharger sur le site www.semainebio.be:

    • Des banners pour votre site internet
    • Un communiqué de presse personnalisable

    La mobilisation locale est toujours la plus efficace, nous vous invitons à utiliser massivement les outils cités ci-dessus, mais aussi à faire connaitre votre activité via vos réseaux (clients, amis, fournisseurs, associations…) par courrier, email, SMS

    Quelques autres astuces pour diffuser votre activité:

    • Informerles médias locaux (presse, radio, télé,...), invitation des journalistes à vos événements, annonces publicitaires…
    • Encoder votre action sur le site Quefaire.be: c’est gratuit et ça vous assure une excellente visibilité
    • Diffuser votre activité via les réseaux sociaux(Facebook, ...)





    Contact : BioForum Wallonie - Rue Nanon, 98 - 5000 Namur
    Tél. : 081/ 390 690 Fax. : 081/ 390 691
    wallonie@bioforum.be - www.biowallonie.be


  • Semaine bio 2012

     Pour son développement, le bio mise sur la confiance

    Le bio ne connaît pas la crise !  Le secteur représente plus de 300 millions d’euros de chiffre d’affaires, soit une augmentation annuelle d’environ 20%, basée essentiellement sur l’engouement des consommateurs et sur la demande d’une gamme de plus en plus variée de produits bio. Mais si l’augmentation de la consommation des produits bio est une opportunité pour l’ensemble de la filière, ce succès peut aussi initier des voies de solutions aux multiples enjeux sociétaux auxquels notre agriculture et notre modèle alimentaire doivent faire face. A l’échelle mondiale, il s’agit notamment des enjeux climatiques, de la restauration de l’environnement, de la biodiversité et de la fertilité des sols. Au niveau social, les déséquilibres entre coûts de production et prix de vente, accentués par les difficultés d’accès à la terre, ont
    pour conséquence l’abandon de l’activité par un grand nombre de petits agriculteurs.

    A l’échelle régionale, notre agriculture est aussi à la croisée des chemins et est amenée à se positionner sur le plan social (une perte de 1000 emplois/an en agriculture depuis 20 ans), économique (les exploitations les plus petites et donc les moins rentables disparaissent progressivement) et environnemental.

    Résumer le bio à un simple marché de niche est beaucoup trop réducteur. Par sa spécificité et sa logique, l’agriculture biologique est au cœur même des objectifs du développement durable. A ce titre, elle se positionne comme modèle agricole crédible pour tous les agriculteurs qui veulent maintenir une activité et un(des) emploi(s) sur l’exploitation tout en faisant évoluer le
    mode de production vers un équilibre sol- plante-animal. Elle doit gagner la confiance de tout le secteur agricole qui doit y voir, non pas une concurrence envers l’agriculture conventionnelle, mais un système crédible et un choix d’avenir.

    L’agriculture biologique cherche aussi à maintenir la confiance des consommateurs et des citoyens qui choisissent des produits bio, soucieux d’une alimentation saine, en maintenant un niveau d’exigence très élevé en termes de production, de produits et de contrôle.

    Les pionniers du secteur bio avaient déjà bien compris que la confiance en leur projet était capitale pour assurer la pérennité du système. Cette confiance est édifiée sur le respect de valeurs fondamentales : des pratiques culturales durables, le respect des générations futures, des produits sains et des revenus équitables sont au cœur du bio. Par ailleurs, le bio s’appuie sur la
    réglementation européenne et répond à un cahier des charges strict fixant les règles de production et de conversion. Enfin les règles de contrôle et de certification, l’indépendance et la transparence des organismes de contrôle et de certification sont garantes du mode de production et de la qualité des produits bio. Aujourd’hui tout le secteur bio se donne pour objectif de transmettre les valeurs et le savoir-faire aux acteurs qui le rejoignent.

    On produit bio à l’échelle mondiale. Les pratiques agricoles et culturales varient nécessairement d’un pays à l’autre. Mais elles ont au moins un socle commun, celui des normes de production, de contrôle et de certification édictées par une réglementation officielle. Ceci signifie que tout produit bio mis sur le marché chez nous, y compris de provenance extra-européenne, doit respecter les règles et est soumis aux contrôles. L’achat à l’étranger de produits bio est lié
    notamment à la demande plus importante que la production. Paradoxalement, on importe des produits que l’on peut cultiver ou élever dans notre région sous notre climat. Le secteur bio, pour assurer sa crédibilité et maintenir la confiance que lui accorde la société, ne peut souffrir trop longtemps des incohérences existant sur le plan environnemental (quelle est la plus-value
    écologique d’un produit bio qui parcourt 6000 km ?), sur le plan économique (pourquoi la plus-value ne profite-t-elle pas aux agriculteurs et à des entreprises de la région) et sur le plan social (on reproche souvent aux produits bio d’être trop coûteux alors que les produits bio, locaux, de saison et vendus en circuits courts ne sont pas nécessairement plus chers que des produits conventionnels). Parce que le bio est bien plus qu’un produit « bon pour la santé ».

    Le nombre d’agriculteurs bio en Wallonie est en croissance  Une chance pour les citoyens-consommateurs qui peuvent trouver, à proximité de chez eux (à la ferme, sur des marchés locaux, dans des groupements d’achats collectifs ou solidaires - les GAC ou GAS-, chez les détaillants spécialisés…), des produits locaux, frais, sains, savoureux et de saison.

    Tout autant que la perspective économique qui permet d’assurer l’existence et la pérennité d’une ferme et du secteur bio dans son ensemble, les agriculteurs et, en même temps, l’ensemble de la société peuvent y trouver un intérêt mobilisateur : celui d’offrir la possibilité de tisser un lien fort entre agriculture de proximité et une alimentation durable, gage de confiance
    et de cohérence dans la logique du développement durable

     

     

    http://www.semainebio.be

     

     

     

    Lire la suite

  • Peintures Naturelles AURO à Theux 087 530 519

    324_100_fr_RGB_side[1].jpg

    Information sur le niveau d’émission de substances volatiles dans l’air intérieur, présentant un risque de toxicité par inhalation, sur une échelle de classe allant de A+ (très faibles émissions) à C (fortes émissions)

     

    Dès maintenant, AURO est à même de vous offrir des produits de la classe A + pour tous les domaines d'application dans la maison.

    Que vous souhaitiez décorer vos murs, traiter vos parquets, laquer vos meubles, lasurer vos fenêtres ou coller un revêtement de sol, AURO a les produits adéquats, classés A + selon la nouvelle loi française.

     

    DGALN_A_couleur[1].gif

     

     

     

     

    La peinture lavable N° 324 est une peinture mate en dispersion, à base d'huiles naturelles. Comme tous les produits AURO, elle laisse respirer les murs et garantit ainsi un climat ambiant sain. Blanche à la base, on peut la colorer avec les colorants pour peinture murale AURO N° 330. Grâce à ses propriétés de lavabilité, elle est particulièrement adaptée à une application dans un couloir ou dans une chambre d'enfants.
    Forte de sa transparence, la société AURO déclare toutes les matières premières utilisées pour la fabrication du produit, sur l'étiquette.

    Pour tout renseignement technique, consultez notre fiche technique ou renseignez-vous auprès de votre revendeur AURO local.

    Magasin BIO   www.clairdeterre.be                                                                                               37 rue hovémont   Theux                                  087 530 519

     

     

     

     

  • Le jus de pomme de terre crue pour une bonne digestion

     

    087 530 519

    brigitteleonet@clairdeterre.be

     

    Rue Hovémont 37 Theux 4910

     

     

    Jus de pommes de terre bio

    Le jus de pomme de terre crue pour une bonne digestion

    Parmi les nombreux aliments consommés crus, la pomme de terre est sans doute le plus méconnu. Pourtant, les bienfaits du jus de pomme de terre crue ne sont plus à prouver.

    La pomme de terre est un aliment riche, quasiment dépourvu de lipides. Constituée de plus de 75 % d’eau, 22 % de protides, de vitamines et nutriments, c’est un produit nourrissant et sain, qui contribue à nous fournir les minéraux nécessaires à notre corps.

    Consommée crue et en jus, elle a une action diurétique, émolliente, calmante et cicatrisante.

    Cela fait du jus de pomme de terre crue une arme redoutable contre les gastrites, les ulcères, la constipation, les hémorroïdes, l’acidité gastrique, les brûlures d’estomac

    La plupart des maux d’estomac peuvent être traités grâce au jus de pomme de terre. Avec un petit verre deux à trois fois par jour, votre trouble digestif diminuera de manière flagrante.

    Certaines recettes mélangent le jus de patate crue à celui d’autres légumes pour compléter les effets, comme le chou par exemple. .

    Le jus cru de pomme de terre vous fera oublier vos douleurs au ventre et autres troubles à condition d’avoir une alimentation saine adaptée à vos besoins.Biotta  Jus de pommes de terre bio  50 cl

    Biotta                                   CertificationAB                                      AB

    Jus de pommes de terre bio cultivés selon les modes de cultures biologique. Dégustez un verre avant chaque repas, frais mais non glacé. Agitez la bouteille avant emploi. Une fois ouverte, la bouteille se conserve 8 jours au réfrigérateur.

  • Magasin Bio CLAIR DE TERRE Theux (Spa)

    CLAIR DE TERRE. Magasin bio alimentation bio, diététique, pains, produits ha-ra,    peintures pour un habitat sain AURO     gamme complete en magasin

    087 530 519

    brigitteleonet@clairdeterre.be

     

    Rue Hovémont  37 Theux   4910

  • Le plantain

    Le plantain

     

    Considéré jusqu’au début du XXème siècle, comme une plante médicinale majeure, le plantain est aujourd’hui passée de mode. Pourtant, cette fleur très commune mériterait qu’on s’intéresse de nouveau à elle ! Car elle est aussi efficace pour calmer la toux ou stopper une grippe que pour lutter contre la constipation.

    le plantain, une plante médicinale majeure pour la toux et la grippeCette modeste plante que l’on trouve dans les pelouses ou les prairies, guérit de nombreuses affections. Le plantain se caractérise par une hampe florale (de 10 à 50 cm) sortant d'un bouquet de feuilles épaisses, avec de grosses nervures qui partent de la base. Le grand plantain (Plantago major) a des feuilles larges et des fleurs allongées. Le plantain lancéolé (ou petit plantain ou herbe à cinq coutures) a des feuilles allongées (en forme de lance) et des petites fleurs au bout des tiges. Quant au plantain moyen (ou langue d'agneau), il possède des feuilles plutôt rondes et des fleurs crème à étamines violettes alors que leurs cousines sont verdâtres ou brunâtres et inodores.


    Des études scientifiques convaincantes

    Les constituants du plantain (pectine, aucubine, ampigénine, flavonoïdes, tanins, soufre, calcium, fer, phosphore, mucilage...) en font une plante aux très nombreuses indications, utilisable aussi bien en interne qu'en externe. Pour les amateurs de chimie pharmacologique, précisons que l'aucubine accélère l'élimination par les reins et possède des propriétés antimicrobiennes ; l'ampigénine est un anti-inflammatoire et les mucilages freinent l'appétit et activent le transit intestinal... Le plantain est aussi concentré en vitamines du groupe B (B1, B2 et PP) et en vitamine A. Plusieurs études scientifiques ont confirmé les bienfaits du plantain. Ainsi en 1980, des médecins allemands avaient administré pendant 10 jours une préparation à base de plantain à 593 personnes souffrant d’infections respiratoires aiguës : leurs symptômes — et notamment la toux — avaient significativement diminué.


    Pas de contre-indication

    Il n’existe pas d’effets secondaires liés au plantain qu’il soit pris seul ou avec un médicament. Toutefois, par prudence, on le déconseille aux femmes enceintes car il pourrait avoir un effet stimulant sur l'utérus. Seul effet indésirable, à haute dose, le plantain peut être un laxatif mal contrôlé.


    De bronchite à ulcère en passant par surpoids !

    La première indication du plantain concerne les inflammations des voies respiratoires, des muqueuses de la bouche et du pharynx. Mais, en interne, le plantain est aussi utile pour lutter contre l’eczéma, les infections des voies urinaires, les hémorroïdes et la constipation. En externe, on l’utilise pour stopper les saignements, cicatriser les blessures, soulager les piqûres et les rhumatismes. C’est un excellent collyre pour défatiguer les yeux et lutter contre l'inflammation des paupières et la conjonctivite.

    ... Et comme si tant d'indications ne suffisaient pas, le plantain est aussi prescrit pour lutter contre le saignement des voies urinaires, l'ulcère gastro-duodénal et la consolidation des fractures !
    Enfin, il serait sans doute intéressant de voir comment le plantain agit dans le cadre d'un régime amincissant puisque, d'une part, il régule l'appétit et le transit intestinal et que, d'autre part, diurétique et circulatoire, il facilite toutes les fonctions éliminatrices de l'organisme.


     

    Le plantain à toutes les sauces !

    plantain préparation en plante médicinale contre la toux, la bronchite...On conseille l'utilisation de feuilles et fleurs fraîches, ce qui n'est pas compliqué puisque le plantain se récolte 10 mois sur 12. Mais il est, bien sûr, préférable de cueillir le plantain à la floraison, au printemps et loin de toute pollution (ce qui est rarement le cas dans les pelouses !). Les feuilles doivent être soigneusement lavées. Pour les sécher, on les place au soleil ou dans un four chaud.

    • salade : préférez les jeunes feuilles que vous ajouterez à votre laitue ou à vos endives. Le goût est légèrement amer, avec un petit parfum de champignon.
    • légume : il suffit de cuire les feuilles et de les utiliser en soupe (comme pour les orties).
    • infusion : laisser infuser 10 minutes, 1,5 g de parties aériennes pour 1 litre d’eau frémissante (2 à 4 tasses par jour). Pour la toux, les bronchites et la constipation.
    • décoction : à utiliser en gargarisme ou lotion. 10 à 20 g de plante entière (feuilles, fleurs et même racines) dans 1 litre d'eau, laissez bouillir 10 minutes. 1 tasse à chaque repas.
    • macération : pour les problèmes digestifs ou urinaires. 30 à 60 g dans 1 litre d'eau. Faites bouillir 3 minutes et laissez macérer toute la nuit. Buvez toute la macération dans les 24 heures.

  • Catalogue AURO

     Catalogue  AURO cliquez sur

     

    Catalogue AURO - Edition 2012

    Catalogue AURO - Edition 2012
     
    Les peintures  auro
    En vente chez CLAIR DE TERRE 087 53 05 19 Theux (spa)
     

    Pour une utilisation rapide et confortable, nous recommandons de télécharger le catalogue et de le sauvegarder sur votre disque dur. Vous pouvez ensuite naviguer dans le catalogue, grâce à la fonction "PDF Quickfinder", qui vous permettra d'accéder rapidement aux produits que vous recherchez.


    Agrandir le plan