• École Rudolf Steiner de Montréal

     

    École Rudolf Steiner

      

                                                             de Montréal   

  • L'Agriculture biodynamique


    L'agriculture biodynamique

     



     

     

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Agriculture_biodynamique            logo-demeter-agri-bd (1).JPG                                                                          L'agriculture biologique dynamique appelée communément biodynamie est un système de production agricole dont les bases ont été posées par l'anthroposophe Rudolf Steiner dans une série de conférences données aux agriculteurs en 1924.

    Cette méthode a pour idée de départ le concept d'« organisme agricole » qui consiste à regarder toute ferme, tout domaine agricole comme un organisme vivantN 1 , le plus diversifiéN 2 et le plus autonome possible, avec le moins d’intrants en ce qui concerne le vivant (plants, semencesfumure…). Développée et expérimentée par les agriculteurs, cette méthode utilise les plantes pour réaliser des extraits végétaux, tisanes, décoctions, macérations, parfois combinées avec des dilutions, visant à soutenir un bon processus végétatif et à limiter le développement des parasites.

    La plupart des aspects différenciant cette méthode de l'agriculture biologique sont ésotériques2, tels que l'emploi des préparations de « bouse de corne » ou de « silice de corne » après « dynamisation », dans l'objectif de structurer et de développer les sols ou d'équilibrer le processus végétatif des plantes. Un autre aspect de la biodynamie est la prise en considération pseudo-scientifique des rythmes lunaires et planétaires3.

    La biodynamie s'adresse à tous les domaines de l'activité agricole tels que la production de semences, l'élevage, l'apiculture, la viticulture ou l'entretien du paysage. Mise en pratique sur des domaines viticoles45, pour la production du thé en Inde ou encore du coton6, la biodynamie s'attache tout particulièrement au fonctionnement biologique des sols et des végétaux et cherche avant tout l'amélioration de la qualité des produits. 

    biodynamis74.jpg


     

     

    Abonnement France à Biodynamis (4 numéros + 1 hors série) : 30 euros
    Abonnement étranger et DOM-TOM à Biodynamis (4 numéros + 1 hors série) : 32 euros

    Renseignements (Accueil) 
    Mouvement de l'Agriculture Bio-Dynamique
    5 place de la Gare
    68000 COLMAR
    Tél : 03.89.24.36.41
    Fax : 03.89.24.27.41
    nous envoyer un courriel

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • La permaculture

     

    La permaculture est une science systémique qui a pour but la conception, la planification et la réalisation de sociétés humaines écologiquement soutenables, socialement équitables et économiquement viables. Elle se base sur une éthique, dont découlent des principes et des techniques permettant une intégration des activités humaines avec les écosystèmes.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Permaculture

     

    Fichier:Permamandala.pngL'éthique de la permaculture

    Au cœur de la pratique de la permaculture se trouve une éthique et un ensemble de valeurs fondamentales qui doivent gouverner l'action en permaculture, quelle que soit l'échelle d'application. L'éthique de la permaculture est influencée par l'éthique du « care » développée dans les milieux féministes anglo-saxons.

    L'éthique de la permaculture est souvent résumée ainsi :

    • Respecter la Terre – Reconnaître que la Terre est la source de toute vie. Les êtres humains doivent donc s'occuper de la Terre avec respect.
    • Respecter les êtres humains – créer des sociétés où humains et nature vivent en harmonie, notamment par la coopération et le partage.
    • Partager équitablement s'assurer que les ressources limitées de la planète soient utilisées de manière sage et équitable. Agir dans des limites raisonnables par rapport à la consommation, à l'utilisation des ressources, à la démographie, etc.

    De cette éthique sont déclinés des principes qui subissent des variations en fonction de l'individu. Les principes élaborés par Bill Mollison et David Holmgren sont toutefois deux références importantes du fait de leur statut de co-fondateur de la permaculture. Elles sont détaillées ci-dessous.

    Les principes de la permaculture[modifier]

    Une des innovations de la conception en permaculture est d’apprécier l’efficacité et la productivité des écosystèmes naturels par l’observation minutieuse, et d’en dériver des principes directeurs universels, applicables par tous. Les principes de design sont vraiment au cœur de tout système de permaculture. Chaque permaculteur peut développer son propre système de principes. Certains ajoutent ainsi de nouveaux principes par rapports a ceux qui font référence. Ces principes, dont le nombre limite n’est donc pas fixé, évoluent au fil du temps en fonction de l’affinage des connaissances. Ils constituent une base croissante qui forme un filtre, un mode de pensée, une vision et une compréhension du monde que l’on peut avoir à un moment donné et qui accompagne le processus de design tout au long de sa création. Plus ces principes sont intégrés dans l'individu, plus ils deviennent automatiques, et font partie du mode de pensée et d’action. Ils font ainsi partie de notre culture, en nous faisant évoluer vers une "culture" permanente.

     

     

  • Les peintures naturelles AURO

    Les peintures naturelles  AURO

    en vente chez CLAIR DE TERRE    Theux     Belgique

    087 53 05 19

     

     

     

    LASURE ÉCOLOGIQUE AURO

    Lasure écologique AURO pour le bois

    La lasure écologique 100% naturelle AURO est facile à appliquer et donnent à votre bois une apparence incomparable. L'aspect de la lasure écologique AURO en surface permet une application de couleur qui souligne les veines du bois utilisé en les mettant véritablement en valeur.

    Lasure Intérieur & Extérieur
    Lasure resistante 
    aux UV
    Adaptée aux jouets Dilution à l'eau jusqu'à 20% Lasure respirante 24 couleurs

     

    Lasure ecologique AURO n° 16


    Lasure ecologique AURO n° 160

    0

     

  • La coopérative citoyenne Emissions-Zéro

    La coopérative citoyenne Emissions-Zéro

    http://www.emissions-zero.com/

     

    La coopérative citoyenne Emissions-Zéro a comme objectif d’investir dans la production d’énergies au départ de sources d’énergies renouvelables : le vent, l’eau, le soleil et la biomasse. Emissions-zero est une coopérative agréée, éthique et solidaire. Le capital collecté entre 2007 et 2009 était de 1.042.350 €, fin 2010 1,5 million €. L'objectif de 2011 est de 2,5 millions supplémentaires, l'équivalent en fonds propres pour financer les 10 éoliennes de la coopérative.

    eolienne-citoyenne-web.jpg

     

  • Aliments irradiés : atome, malbouffe et mondialisation

     

    Aliments irradiés : atome, malbouffe et mondialisation

     Irradiation et modèle agricole

    Bien que l’exode rural et l’urbanisation s’accélèrent, l’agriculture familiale locale fait encore vivre près de la moitié d’une population mondiale de 6,6 milliards d’humains. Pour ce modèle agricole et alimentaire encore majoritaire dans de nombreuses régions du monde, irradier des aliments ne présente aucun intérêt. Ces milliards de personnes n’en ont vraisemblablement jamais entendu parler, pas plus d’ailleurs que la plupart d’entre nous qui consommons sans le savoir ni l’avoir voulu des aliments dit « ionisés » mais quasiment jamais étiquetés comme tels.

    La question de l’irradiation des aliments ne se pose pas pour la « petite » agriculture, dont l’objectif est de produire, de commercialiser, de transformer et de consommer de façon familiale, locale ou régionale. Mais alors, pourquoi des unités d’irradiation de plus en plus nombreuses sont-elles construites dans des pays du Sud, avec l’aide des institutions financières internationales ou dans le cadre d’accords commerciaux bilatéraux ? Il s’agit, dans le contexte de la mondialisation des échanges, de promouvoir un modèle agroalimentaire industriel tourné vers le commerce international et nécessitant la conservation des produits pour des transports sur de longues distances.

    Le problème soulevé par l’irradiation des aliments, même s’il pourrait paraître à première vue marginal, peu étudié et guère médiatisé - à la différence d’autres risques sanitaires et environnementaux - est emblématique des absurdités de systèmes technologiques et économiques dont il est difficile d’appréhender l’utilité sociétale. En effet, ces systèmes ne sont pas issus d’une réflexion de la société et de débats publics ou parlementaires au regard d’un possible intérêt collectif. Comme dans le cas des OGM, ce sont des développements technico-commerciaux dont le grand public apprend un jour l’existence au moment d’une mise sur le marché et dont les décideurs politiques ne semblent jamais s’être préoccupés, en amont, de la pertinence. A partir de ce moment-là, il est généralement difficile de revenir en arrière…

    JPEG - 45.9 ko
  • Le marché de Bio en Liège 18 septembre 2011

    Le marché de Bio en Liège  18 septembre  2011

     

     

    se déroulera le 18 septembre 2011

    Fête de la bio, de l'artisanat et de l'associatif écologique
    La Régionale est de Nature & Progrès (locales de Liège, Hesbaye-Condroz, Verviers, Vielsalm, Ourthe-Amblève, Haute-Ardenne) organise, au coeur de la ville, dans un des plus beaux, et des plus connus, coins verts de Liège, une journée consacrée au mieux vivre et au mieux manger.

    Pain, viande, fromages, vins, fruits et légumes bio seront offerts, à la dégustation et à la vente, par leurs producteurs. Des artisans proposeront leurs réalisations dans les techniques les plus variées, de la vannerie à la poterie, du travail sur cuir à la sculpture sur pierre en passant par les bijoux et les émaux.

    Des associations comme Greenpeace, Oxfam, Natagora, Amnesty International ou le gracq expliqueront leurs combats pour une société réfléchie, écologique, juste et égalitaire. Des conférences aborderont des thèmes cruciaux et tenteront de faire le point sur le coût véritable des aliments, la nécessaire décroissance économique soutenable et les énergies renouvelables. Vous pourrez également soumettre votre maison à la grille d’évaluation de son isolation.

    Les enfants seront, eux-aussi, à la fête avec un tas d’animations éducatives et ludiques. Avec leurs parents, ils assisteront à un défilé de mode de vêtements de seconde main.

    Les estomacs ne seront pas oubliés non plus puisque, toute la journée, barbecue (saucisses bio !) et petite restauration (produits locaux à faible empreinte écologique !) régaleront les participants qui le souhaitent. Pour se désaltérer, tout un chacun pourra apprécier les bières, les vins et le jus de pomme bio évidemment !

    Une belle journée en perspective pour petits et grands soucieux de leur santé et de celle de leur planète.

    Venez donc nous retrouver au Jardin Botanique, rue Fusch de 10 h à 18 h, l'entrée est gratuite

    Clair de terre peintures naturelles AURO

    087 530 519    Theux

     

    Personne de contact :

    Marc Wathelet : 04/253 54 22 ou marcwathelet@skynet.be

  • jusqu'où notre écosystème tiendra-t-il ?

     

     

    Bourguignon : jusqu'où notre écosystème tiendra-t-il ?

    Je viens de constater avec bonheur que RUE89, en page d'accueil, à la rubrique ZAPNET, affiche un extrait vidéo (voir ci-dessus) dans lequel Claude Bourguignon, ex-chercheur à l'Inra, dresse un panorama pour le moins pessimiste de la situation des sols européens. Sous-titre de l'extrait vidéo : « Claude Bourguignon (ex Inra) décrit une situation qui fait froid dans le dos ».

    Cette vidéo est extraite d'« Alerte à Babylone », un film documentaire de Jean Druon, produit et diffusé par Voir et Agir : le thème général est une reflexion sur les applications automatiques et non réfléchies des technologies, mettant en danger l'environnement, l'avenir des hommes et les transformations sociales qu'elles impliquent. Au menu, la situation sanitaire en Biélorussie et en Ukraine, les nanotechnologies, les puces RFID, et l'état de santé des sols de la planète. Ce dernier aspect, qui fait l'objet de l'extrait vidéo en question, au-delà du commentaire pour le moins laconique qui l'accompagne sur RUE89, possède pourtant plusieurs effets salvateurs.

    Ce qui fait froid dans le dos, ce n'est pas tant le constat que dresse Claude Bourguignon. L'homme connaît son sujet, s'exprime sans détours, et pose la question essentielle. L'on y apprend au passage que sur Terre, 80% de la biomasse se trouve dans les trente premiers centimètres de sol arable qui la recouvre. En Europe, 90% de cette « vie du sol » est morte. Comment pourrait-il en être autrement, avec l'abandon de la jachère (repos du sol), l'épandage constant et systématique de produits « biocides », le labour érigé en seule vraie pratique agricole, enfin, la mesure de la qualité à l'aulne du rendement financier uniquement ? Jusqu'à preuve du contraire, nous autres humains avons les pieds posés sur le sol, nous autres humains en tiront notre nourriture. Mr. Bourguignon pose la question de bon sens : jusqu'où le système tiendra-t-il ? Ce qui fait froid dans le dos, c'est le silence absolu qui règne autour des enjeux cruciaux auxquels l'humanité doit maintenant faire face. Ce qui fait froid dans le dos, c'est l'absence de remise en question de nos pratiques agricoles, industrielles, chimiques.

    A terme, avoir froid dans le dos, c'est obéir, faire comme si de rien n'était, et mourir.