• Magasin bio clair de terre Theux 087 53 05 19 EXTRAIT DE PÉPINS DE PAMPLEMOUSSE

    img0.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    EXTRAIT DE PÉPINS DE PAMPLEMOUSSE
    -----------------------------------------

    Se présente sous forme de liquide, spray nasal, gouttes pour les oreilles, poudre, comprimés et gélules.
    L'extrait de pépin de pamplemousse est en fait fabriqué à partir de pépins ET de pulpe. La pulpe contient du glucoside de naringine, de la vitamine C et de la vitamine B1. Les pépins contiennent: du rutinoside de naringénine, de la dydimine, néohespéridine, hespéridine, du glycoside de dihydrocamphérol, poncirine, du glycoside de quercétine, du glycoside de camphérol, du rutinoside d'apigénine, de l'heptamothoxyflavone, de la nobilétine et plusieurs protéines.
    en vente chez Clair de Terre   087 530 519
    C'est un puissant  antibactériel et fongicide sans effet toxique sur les êtres humains et les animaux. Il peut même être utilisé sur les plantes.

    EN EXTERNE:

    Soigne:

    - Maux de bouche (aphtes etc.) (10 gouttes diluées dans 1 verre d'eau)
    - Hallitose = mauvaise haleine (en gargarismes - 5 à 10 gouttes diluées dans 1 verre d'eau)
    - Lèvres gercées (diluer 2-3 gouttes dans une c.à s. d'huile et appliquer plusieurs fois par jour)
    - Herpes labial (6-7 gouttes diluées dans une c.à s. d'huile. Appliquer plusieurs fois par jour)
    - Dissoudre le tartre (1 ou 2 gouttes directement sur une brosse à dents humide. Brosser les dents 3 x par jour)
    - Gingivite (comme pour dissoudre le tartre. Puis rincer avec 5 à 10 gouttes diluées dans un demi-verre d'eau)

    - Rhinite (tamponer l'intérieur du nez avec un tampon de coton trempé dans une solution de 3 gouttes d'extrait diluées dans un coquetier d'eau)
    - Sinusite (Se rincer le nez avec la solution ci-dessus ou acheter le spray nasal à l'extrait de pépins)

    - Angine (10 gouttes diluées dans une tasse d'eau tiède. Se gargariser 5 à 6 fois par jour. Utiliser en même temps l'extrait en interne: entre 3 et 15 gouttes dans un verre d'eau ou, si trop acide, un verre de jus de fruits 2 à 3 fois par jour. Commencer par 3 gouttes et augmenter progressivement la dose)
    - Toux (Gargarismes plusieurs fois par jour avec une solution de 10 gouttes dans un verre d'eau tiède + utilisation en interne (v. angine)
    - Laryngite (même solution que pour la toux, 3 x par jour)

    - Nettoyage des oreilles (10 gouttes dans un décilitre [un coquetier] de glycérine ou d'huile. En verser plusieurs gouttes dans les oreilles, 1 à 2 fois par jour). NB!!! Ne jamais mettre l'extrait pur dans les oreilles!!!)
    - Inflammation de l'oreille moyenne (comme pour le nettoyage ci-dessus. On trouve aussi dans le commerce des gouttes d'extrait de pépin de pamplemousse pour les oreilles).

    - Shampooing traitant et Pellicules (Mettre une dose de votre shampooing habituel dans la main et y ajouter 5 à 10 gouttes d'extrait. Masser le cuir chevelu pendant environ 2 minutes)
    - Eczéma et diverses irritations du cuir chevelu (en plus du shampooing, utiliser l'extrait en lotion: tamponner avec un coton imbibé d'une solution de 20 gouttes d'extrait dilué dans un coquetier d'eau).
    - Démangeaison du cuir chevelu (En chercher la cause. En attendant, si le shampooing traitement [voir plus haut] marche, continuer).

    - Acné et boutons d'origine diverse (Humidifier le visage. Mettre 5 gouttes d'extrait dans une paume et s'en frotter les paumes, puis s'en enduire le visage et masser)
    - Coupures, égratignures, brûlures légères (Utiliser le "First-Aid Spray à l'extrait de pépin de pamplemousse" du commerce. En son absence, diluer quelques gouttes d'extrait dans un peu d'eau et poser très délicatement en compresse sur la plaie ou la brûlure)
    - Dermatite (Ne jamais laver au savon! Rincer à l'eau et masser la zone affectée avec une dilution de 10 gouttes d'extrait dans un coquetier d'huile)
    - Psoriasis (masser la zone affectée avec une dilution de 10 gouttes d'extrait dans un coquetier d'huile. Continuer s'il y a amélioration)
    - Eczéma sec (même traitement que pour psoriasis. Très efficace)
    - Eczéma suintant (utiliser la poudre d'extrait de pépin de pamplemousse)
    - Piqûres d'insectes (appliquer sur la piqûre sans dilution. Pour les peaux sensibles, diluer dans un peu d'eau ou d'huile)
    - Ulcères variqueux (en compresses. Diluer 30 gouttes d'extrait de pépin de pamplemousse dans un coquetier d'eau bouillie et refroidie. Renouveler fréquemment)
    - Verrues (extrait pur directement sur la verrue 2 x par jour. Cela peut prendre du temps, mais c'est efficace).

    - Mycoses de la peau (appliquer pur ou dilué dans un peu de glycérine sur les parties affectées. Continuer un certain temps après la disparition de la mycose pour prévenir une récidive. Exposer la peau au soleil et à l'air libre le plus possible)
    - Mycose des pieds (comme pour la mycose de la peau. Ajouter également 20 gouttes d'extrait de pépin de pamplemousse à la dernière eau de rinçage des chaussettes. Si la mycose se met à suinter, utiliser la poudre d'extrait de pépin de pamplemousse)
    - Transpiration excessive des pieds - due également à des champignons (Bains de pieds où 50 gouttes d'extrait de pépin de pamplemousse ont été diluées)
    - Cors et cals (bains de pieds de 5 à 10 min. où 30 gouttes d'extrait de pépin de pamplemousse ont été diluées)

    - Mycose des ongles - mains et pieds (Préparer le terrain en limant aussi ras que possible l'ongle affecté au-dessus d'un papier journal. Si lime en métal, désinfecter la lime à l'extrait de pépin de pamplemousse pour ne pas infecter les autres ongles. Jeter le papier journal contenant la poudre d'ongle. Mettre de l'extrait de pépin de pamplemousse pur sur l'ongle affecté 2 x par jour. Reprendre le limage de l'ongle tous les 3 ou 4 jours, puis plus tard toutes les 3 ou 4 semaines. Important! Continuer le traitement 2 x par jour pendant plusieurs mois pour prévenir les récidives).

    - Vaginite, mycose vaginale (candidose voir le post spécial à ce sujet), bactéries et parasites vaginaux (Ne jamais utiliser d'extrait de pépin de pamplemousse pur dans la région vaginale. Ne pas laver au savon mais rincer à l'eau dans laquelle quelques gouttes d'extrait de pépin de pamplemousse et d'huile d'arbre à thé ont été ajoutées Utiliser le bain vaginal suivant au moins une fois par semaine: 1 à 3 gouttes d'extrait dans un verre d'eau tiède + 5 gouttes de teinture d'échinacea. Mettre ce mélange dans une poire et l'injecter dans le vagin. Garder quelques minutes. Répéter toutes les 12 heures pendant 3 jours, puis continuer le traitement une fois par jour. Vaporiser les protège-slips avec le spray d'extrait de pépin de pamplemousse qu'on trouve dans le commerce. Après le traitement, pour ré-ensemencer la flore vaginale, mélanger du yaourt naturel à une quantité égale d'eau chaude et l'injecter dans le vagin. L'efficacité de ce traitement n'est plus à prouver. En cas de candidose, faire également un traitement interne car les mêmes champignons se retrouvent dans l'intestin et doivent être éliminés en même temps pour prévenir les récidives. Ajouter 20 gouttes à la dernière eau de rinçage des sous-vêtements pendant tout le traitement pour éviter la propagation des champignons).

    - En même temps, chez le partenaire: Mélanger 10 gouttes d'extrait dans un coquetier d'huile de sésame et en enduire le pénis. Laisser agir plusieurs minutes. Ne jamais utiliser d'extrait pur sur les parties génitales. Poursuivre le traitement pendant 15 jours environ. Ajouter 20 gouttes à la dernière eau de rinçage des sous-vêtements pendant tout le traitement pour éviter la propagation des champignons.


    EN INTERNE:

    - Utilisation de l'extrait en interne: entre 3 et 15 gouttes dans un verre d'eau ou, si trop acide, de jus de fruits 2 à 3 fois par jour, jusqu'à ce que les symptômes aient disparu. Commencer par 3 gouttes et augmenter progressivement la dose.

    - L'extrait de pépin de pamplemousse se trouve également en gélules et en comprimés. L'équivalent des gouttes d'extrait liquide est indiqué sur la boîte.

    Soigne:

    - Inflammations en général
    - Rhumes et grippe
    - Infections gastro-intestinales
    - Gastrites, ulcères (hélicobacter pylori)

    - Candida albicans
    - Tous problèmes dûs à des champignons, levures ou moisissures : problèmes cardiovasculaires, rhumatismes, arthrite, goutte, asthme, sinisute, gastrite, tuberculose, cancer.
    - Candida dans les intestins pouvant donner des symptômes tels que: flatulence, diarhée, colite, ulcères du système digestif, allergies, hyperactivité, déséquilibres hormonaux, maux de tête, migraines, mauvaise mémoire, perte d'équilibre, maux d'oreilles, problèmes de reins etc...
    Dose pour candida et autres champignons parasites:
    1ère semaine: 3 à 9 gouttes dans un verre d'eau 1 x par jour
    2ème semaine: 3 à 9 gouttes dans un verre d'eau 2 x par jour
    3ème semaine: 3 à 9 gouttes dans un verre d'eau 3 x par jour
    Poursuivre ce traitement pendant 1 à 3 mois ou plus suivant l'intensité du problème.
    VOIR AUSSI LE POST SPÉCIAL SUR LE TRAITEMENT DE LA CANDIDOSE sur ce forum-même.

    - Allergies secondaires (qui ne sont pas dues à un allergène spécifique donnant des symptômes immédiats).


    A TITRE PREVENTIF

    - En voyage dans les pays où l'eau et la nourriture ne sont pas toujours fiables: quelques gouttes diluées dans un verre d'eau tous les jours pour prévenir l'installation de parasites, vers, etc.

    CONTRE-INDICATIONS :

    - Aucun effet secondaire n'a été relevé, même chez les femmes enceintes, mais demander l'avis de son médecin pour être 100% certaine.

    - Prudence si on se connait une allergie aux agrumes.

     


  • Les additifs alimentaires suspects pour la santé

    Les additifs alimentaires suspects pour la santé 

    http://mangersain.medicalistes.org/index.php

    BIENVENUE
     
    "Les substances chimiques de synthèse sont des substances mortes dont les déchets non éliminés et stockés dans certains organes perturbent et dévitalisent l'homme". 
    A.Zhiri - Dr.en Biotechnologie végétale.
    MANGEZ  SAIN 
     
    LE SITE DES ADDITIFS ALIMENTAIRES

     

  • Candida albicans

    Candida albicans

     

     

     

     

     

     

    Qu'est-ce que c'est que cette bête ! La plupart d'entre vous n'a jamais entendu parler du candida albicans. Mais par contre, il suffit de savoir que 3 femmes sur 4 développent une mycose génitale dans leur vie, pour comprendre que beaucoup d'entre nous sommes concernés par ces hôtes indésirables. Et de nombreux symptômes  peuvent faire penser à une prolifération de ces voisins envahissants.. Je dis voisins car ils sont déjà chez nous et nous pouvons vivre ensembles sans ressentir aucune gêne et c'est seulement au moment où ils prolifèrent que des troubles apparaissent. Nous avons vu que l'on peut observer des mycoses cutanées, sur des muqueuses, vagin, bouche, ongles, pellicules, etc..., mais aussi des troubles digestifs, brûlures gastriques, ballonnements, constipation, diarrhée ou alternance des deux, des douleurs articulaires, une faiblesse musculaire, des troubles cérébraux, tels que dépression, troubles de la mémoire, perte de concentration, irritabilité, maux de tête,  une fatigue excessive, de l'urticaire, du psoriasis, des démangeaisons inexpliquées, des phénomènes ORL, de la toux, des rhinites à répétition, des allergies, des intolérances alimentaires, des pertes blanches comme du lait caillé, des sécheresses de la muqueuse vaginale allant jusqu'à empêcher tout rapport sexuel, des brûlures à la miction, etc... et j'en oublie certainement car les candidas albicans peuvent être à l'origine de nombreux disfonctionnements.
     La première question à se poser c'est : Pourquoi prolifèrent-ils ? Et la réponse n'est pas nette car plusieurs facteurs peuvent entrer en jeu. C'est d'abord l'alimentation qu'il faudra regarder de trés prés car la surconsommation de sucre en particulier favorise la prolifération du candida, il se nourrit de sucre, de levures et de moisissures. C'est bien connu également que les antibiotiques à large spectre comme la pénicilline bouleverse l'écosystème intestinal. Ils détruisent directement la flore vaginale ainsi qu'une grande partie de la flore intestinale. Il n'est pas rare de voir fleurir une mycose dans le mois qui suit une prise d'antibiotiques. Le virus du Sida et l'immunodépression qui s'ensuit permet le développement de mycoses à candidas trés étendues. Le stress, par son rôle sur l'immunité est souvent évoqué comme facteur déclenchant. La présence du stérilet peut aussi favoriser cette prolifération de candidas. Les rapports sexuels trop fréquents ou sur une muqueuse trop sèche, peut aussi favoriser. On peut citer en vrac quelques facteurs pouvant déclencher cette prolifération comme le diabète, le port de vêtements trop serrés, la piscine avec des châleurs humides, des toilettes intimes intempestives, etc...
    ALIMENTATION :
    - Eliminer tous les sucres de votre alimentration, au moins pendant la durée du traitement, tous les aliments contenant des levures et des moisissures (fromages, champignons, bière, vins,vinaigre, cidre et jus de fruits, yaourts, petits suisses), les graisses animales crues ou cuites. Eviter les aliments fermentés (ne pas préparer les salades trop à l'avance), les fruits secs et oléagineux, les confitures, les sauces trop élaborées, les laitages. Préférer les fruits comme cerises, fraises, etc.... Les cérales complètes sont tout indiquées, pain, pâtes, riz, etc... Légumes OK sauf pommes de terre,  betteraves. Autorisés également les légumineuses, viandes, oeufs, poissons, condiments, les huiles de première pression à froid. Bien sûr vous pouvez utiliser l'arsenal que vous connaissez déjà, à savoir le jeûne et les différentes monodiètes mais c'est surtout  par l'alimentation de tous les jours que l'on pourra soigner, guérir et éviter toute récidive. L'alimentation entièrement crue donne d'excellents résultats. Donc on peut commencer un traitement par une semaine crue.
    AROMATHERAPIE :
    Les huiles essentielles représentent une thérapeutique majeure dans la lutte contre la prolifération du candida albican. Leur action anti-fongique est bien connue. Un aromatogramme pratiqué en laboratoire permet de tester la sensibilité de la mycose en question à diverses huiles essentielles qui sont déjà connues pour leurs propriétés anti-infectieuses. Mais déjà vous pouvez prendre :
    ORIGAN : Antibactérienne majeure à large spectre d'action, antivirale, stimulante immunitaire, fongicide, antimycobactérienne. A prendre 3 gouttes 3x/jour dans un peu de miel.
    TEA-TREE également antibactérienne puissante, fongicide et parasiticide, antivirale et protectrice cutanée. A utiliser dans toutes les mycoses cutanées 4 gouttes 3x/jour par voie orale mais aussi on peut l'utiliser directement en massage sur la mycose 3 gouttes plusieurs fois par jour.
    GIROFLE Antibactérienne trés puissante, fongicide, parasiticide, antivirale, stimulante immunitaire, dans toutes les mycoses et parasitoses. 2 gouttes 3x/jour. Peut s'utiliser localement  sur la zone à traiter.
    SARRIETTE Antibactérienne, antivirale et stimulante immunitaire, fongicide, antiparasitaire, stimulant général. 3 gouttes 3x/jour dans une boulette de mie de pain.
    HOMEOPATHIE :
    SULFUR On retrouve ce médicament dans toutes les éruptions sortant mal, les mycoses, les éruptions, le prurit, les troubles aprés arrêt intempestif d'une éruption ou d'une élimination (antibiotiques). Les éruptions sont brûlantes et pruriantes. On peut l'utiliser de la 5 à la 9CH.
    THUYA Grand médicament de la Psore. Les catarrhes génito-urinaires aigus, les troubles causés par la vaccination ou par une antibiothérapie.  C'est un médicament qui peut être choisi pour être remède de fond et alors il sera pris en haute dilution et en doses espacées, sinon en 5CH 3gr 3x/jour.
    Mais de nombreux médicaments peuvent être utilisés comme GRAPHITES, LYCOPODIUM, NATRUM SULFURICUM, MAGNESIA CARBONICA, KALI CARBONICUM, MAGNESIA MURIATICA, RHEUM.
    On peut aussi utiliser L'ISOTHERAPIE Là aussi, ce sont des dilutions mais fabriquées avec les éléments du malade, comme le pus de ses éruptions, son urine. Et il est évident que, venant du malade lui-même, le corps les reconnaitra, et que ces dilutions seront trés efficaces. L'homéopathe cherche en priorité le simillimum, c'est à dire le médicament qui, non dilué, provoquera les mêmes symptômes que celui que l'on veut guérir. Là donc, on est sûr de tomber pile, il y aura simillitude.
    PHYTOTHERAPIE : On peut ajouter au traitement aromatique des plantes en gélules ou en tisanes comme l'Echinacea ou l'Eleuthérocoque, l'ail, le berberis, l'hydrastis, lapacho, la camomille, le thym, la mélisse, le romarin, les racines de bardane.
    - N'oublions pas
    l'EXTRAIT DE PEPINS DE PAMPLEMOUSSE qui est souverain en matière de candida Albicans. Aussi efficace que les traitements allopathiques sans en avoir la toxicité et son action est plus durable.
    LES TEINTURES MERES :
    EQUISETUM ARVENSE TM.
    (La Prêle) Son action sur la minéralisation et sur la peau est ici trés intéressante, c'est aussi un réparateur des tissus. 4x/jour 25 gouttes.
    RHEUM OFF TM (la Rhubarbe) Surtout utilisée dans les dysenteries, diarrhées 15 à 20 gouttes 3x/jour.
    SANGUISORBA OFF TM (La grande pimprenelle) Antidiarrhéïque A prendre 30 gouttes 4 à 5 fois par jour
    TARAXACUM TM (Le pissenlit, dent de lion) Action nette sur le foie et dans les diarrhées. 3x/jour 20 gouttes
    THUYA TM Médicament des catarrhes, des mycoses, des éruptions et du prurit 2x/jour 5 gouttes dans un peu d'eau sucrée.
    VACCINIUM MYRTILLUS TM (la Myrtille) Remède d'action sûre contre les diarrhées, les dysenteries, la verminose, la colibacillose et les entérites infantiles. 3x/jour 30 gouttes.

    ajouts a ces commentaires deja bien eclaires : le docteur Orian Truss a ete montre l'impact sur la sante en general du candida, lorsque celui-ci prolifere et colonise l'intestin, on parle alors de candida systemique. Donc si vous en etes a votre enieme mycose il faut y reflechir serieusement. Le candida empeche l'absorption des nutriments avec tous les effets nefastes que cela aura sur votre sante, d'autre part le candida peut traverse la paroie de l'intestin, creant ainsi des discharges toxiques ds l'oganisme.les symptomes sont extremement nombreux comme indique ci-dessus, s'y ajoutent dermatose et eczema, douleurs musculaires, crampes, douleurs aux articulations, points noirs ds la vision, allergies, diarrhees, constipation, depression, troubles de la memoire de la concentration, l'impression "d'etre ds les vapes", fatigue chronique, irritation permanente, perte de poids indesirable, symptomes de fievre/grippe...etc. les maladies associees au candida et autres bacteries/virus incluent : asthme, rhumatisme, sclerose en plaque, pb thyroide etc. 

    J'ajouterai aussi qu'avant de commencer un traitement probiotique (acheter des probiotiques de'excellente qualite, les conserver au frais y compris pendant le transport) les yaourt au bifidus, acidophilus ne suffisent pas, seuls 30 % arrivent ds l'intestin.Les probiotiques apportent des milions de bacteries a l'intestin apres chaque ingestion. Cela dit il faut d'abord vider celui-ci au mieux, on gaspille sinon ce produit. Ainsi le matin ajeun, prendre une cuiillere a cafe de sels de magnesium, melanges a un grand verre d'eau, puis boire un autre verre d'eau. L'action laxative du magnesium est tres douce, prendre une cuillere a cafe rase de probiotiques 1/2 heure apres. Reprendre des probiotiques avant 15 mn avant les 2 autres repas. utiliser le magnesium trois jours de suite. Continuer les probiotiques en conjonction avec le reste du traitement (combinaison herbal,
    homeopathique, adoucissement paroie intestinale glutamine, pectine, aloe vera, saccharomyces -qui aident les bonnes bacteries a reprendre le dessus etc) etc)puisqu'il faut compter un mois par annee de candidose, le traitement ne peut etre qu'envisage a long terme et qu'en deballant toute une artillerie de medecien naturelle. Il faut de la perseverance, car au debut lorsque le candida commence a etre elimine, les symptomes s'agravent (reaction d' Herxheimer) , il ne faut pas craquer vous etes sur la bonne voie. Pour soulager les symptomes : yaourt, calendula, bain tiede au bicarbonate de soude etc.

  • notre poison quotidien

    •     

      La santé est dans notre assiette

    Enquête au coeur de notre alimentation. "Notre poison quotidien" ce sont les milliers molécules chimiques qui ont envahi notre assiette depuis une cinquantaine d'années et qui seraient la cause d'un grand nombre de maladies comme le cancer ou le diabète. L'origine de ces maladies serait donc avant tout environnementale. C'est en tout cas la conclusion de ce documentaire signé Marie-Monique Robin L'enquête décrypte la manière dont ces produits chimiques, pesticides, additifs et plastiques alimentaires, sont évalués et réglementés. Etudes et interviews à l'appui, la journaliste Marie-Monique Robin s'emploie à démontrer le lien de cause à effet entre l'exposition à ces substances et " l'épidémie " de cancers, de maladies auto-immunes, de maladies neurologiques, de troubles de la reproduction, du diabète ou encore d'obésité à laquelle on assiste dans nos pays occidentaux depuis une vingtaine d'année. Son film entend démontrer que les 100.000 molécules chimiques qui ont envahi notre alimentation depuis une cinquantaine d'année seraient la cause principale de toutes ces maladies. Marie-Monique Robin est également l'auteur d'un documentaire très engagé sur la firme d'OGM Monsanto, "Le monde selon Monsanto" réalisé en 2008.
    La santé est dans notre assiette
    • Auteur: Marie-Monique Robin
    • Réalisateur: Marie-Monique Robin

     

     

  • notre poison quotidien

     

     

    Après le Monde selon Monsanto, la journaliste et documentariste Marie-Monique Robin revient avec un autre documentaire, Notre poison quotidien, dans lequel elle dénonce la façon dont l’industrie chimique empoisonne notre alimentation. Ce documentaire sera diffusé, le 15 mars prochain, sur la chaîne de télévision franco-allemande Arte, qui avait aussi diffusé le Monde selon Monsanto.Menée aux Etats-Unis, au Canada, au Chili, en Inde, et dans six pays européens (France, Italie, Allemagne, Suisse, Grande-Bretagne et Danemark), l’enquête de Mme Robin sera également publiée dans un livre à paraître le7 mars prochain. La journaliste s’est intéressée aux produits chimiques qui font désormais partie de notre alimentation. Conservateurs, colorants, antioxydants ou résidus de pesticides : ces substances, Mme Robin les considère comme de véritables poisons, et s’interroge quant à leur rôle dans le développement de maladies telles que le cancer, le diabète, l’obésité, ou les maladies neuro-dégénératives. La journaliste se pose alors la question de savoir si ces produits chimiques présents dans notre chaîne alimentaire sont testés et évalués, et si la réglementation à laquelle ils sont soumis protège réellement les consommateurs. Sur son blog, Marie-Monique Robin explique s’être posée trois questions 
    fondamentales : «Est-ce que le comportement de Monsanto constitue une exception dans l’histoire industrielle ?  Comment sont réglementées les 100 000 molécules chimiques qui ont envahi notre environnement depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale ? Y a-t-il un lien entre l’exposition à ces produits chimiques et ‘‘l’épidémie de maladies chroniques évitables’’ que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a constatée surtout dans les pays dits ‘‘développés’’ ?» Au cours de son enquête, la réalisatrice a interrogé de nombreux experts jouant un rôle dans le système de règlementation, la recherche et l’utilisation des produits chimiques. Marie-Monique Robin dénonce la façon dont l’Efsa (autorité européenne de sécurité des aliments) emploie des chercheurs travaillant pour des entreprises utilisant des produits chimiques, s’insurgeant devant des études qui sont, selon elle, réalisées en faveur de l’industrie. Concernant son documentaire, la journaliste écrit sur son blog qu’elle «espère sincèrement qu’il permettra de revoir de fond en comble le système de réglementation des produits chimiques qui contaminent et empoisonnent notre assiette quotidiennement, malgré tous les efforts de ceux que le sociologue allemand Ulrich Beck appelle ‘‘les magiciens des taux limites’’, dans la Société du risque, un livre 
    fondamental où il explique comment on en est arrivé à cette situation de contamination généralisée, considérée comme un ‘‘dégât colatéral’’ inévitable du ‘‘progrès’’, fût-ce au prix de dizaines de milliers de morts et de malades». «Les sciences telles qu’elles ont été conçues - avec leur répartition du travail ultraspécialisée, leur appréhension des méthodes et de la théorie, leur absence totale de rapport avec la praxis - se révèlent totalement incapables de réagir de façon adéquate aux risques liés à la civilisation, pour la bonne raison qu’elles participent activement à leur naissance et à leur développement. Elles se muent bien plutôt -  que ce soit avec la bonne conscience de la “scientificité pure” ou avec des scrupules croissants- en protecteurs et légitimateurs d’une pollution industrielle planétaire de l’air, de l’eau, de l’alimentation, etc., et du déclin et du dépérissement des plantes, des animaux et des hommes qui en résultent», écrit Ulrich Beck. 

     

  • Irradiation des aliments

     

    Irradiation des aliments : la nouvelle tentation de l’industrie agroalimentaire

    14 septembre 2010 - 23:00 - Coups de gueule- Par Isabelle Saget

    La possibilité d’irradier des aliments pourrait être étendue. Sous prétexte d’hygiène, l’industrie agroalimentaire aurait ainsi plus facilement accès à une technique qui appauvrit les denrées mais est également toxique.

    Ionisation, rayonnement ionisant sont les termes officiels. On peut aussi trouver l’expression pasteurisation électronique ou pasteurisé à froid. Concrètement, les aliments qui portent cette mention ont été irradiés, on les a bombardés de rayons émis par des atomes radioactifs émetteurs gamma. Pour le moment, 16 produits sont autorisés en France à subir ce traitement de choc. Mais avec le développement des échanges, on assiste depuis quelques années à une dérive : des aliments issus d’autres pays de l’Union européenne ont obtenu des dérogations et sont autorisés à subir ce traitement. Avec la libre circulation des marchandises ils se retrouvent dans nos magasins. « Une trentaine de produits [voir encadré] serait aujourd’hui concernés », alerte le Collectif français contre l’irradiation des aliments. Et ce sont des familles entières qui sont visées. Par exemple, toutes les volailles sont autorisées à l’irradiation. Si, pour le moment, le coût de ce type de traitement a freiné son développement, l’avènement de filières de plus en plus structurées en vue de répondre aux normes des marchés export peut nous faire craindre un recours de plus en plus fréquent à l’irradiationDe plus, à la fin de l’année, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) doit rendre un nouvel avis sur ce sujet et tout porte à croire qu’elle va trancher pour un règlement nettement plus permissif.


    Pour l’industrie alimentaire, l’irradiation permet une meilleure conservation des denrées périssables. Les rayons qui sont de très haute énergie détruisent les micro-organismes (bactéries, levures, moisissures). Ils ralentissent le mûrissement et inhibent la germination. C’est pratique, quand les aliments voyagent sur des milliers de kilomètres ou quand les conditions d’élevage ou de fabrication laissent à désirer. Mais cette opération de nettoyage appauvrit par la même occasion la qualité nutritionnelle des aliments. Des études indépendantes ont montré que la quantité de vitamines était ainsi réduite après une irradiation.

    Le problème devient encore plus grave avec le développement de la présentation sous plastique de nombreux aliments. Plutôt que d’irradier les produits au moment de leur préparation, de nombreux producteurs ont réalisé qu’ils limitaient encore plus les risques de contamination en les irradiant une fois emballés. Or l’ionisation des matériaux plastiques produit des substances toxiques susceptibles de passer dans l’aliment lui-même, notamment des perturbateurs endocriniens. « On déconseille aujourd’hui de chauffer un biberon au micro-ondes dont le niveau d’énergie est faible, alors qu’en est-il de l’irradiation qui utilise un niveau d’énergie élevé à tel point que le même procédé est utilisé de façon industrielle pour déréticuler les plastiques, c’est-à-dire changer leur structure moléculaire », explique Roland Desbordes président du CRIIRAD. De plus, la dose maximum de 10 kilograys (kGy) peut être dépassée dès « qu’une nécessité technologique » l’impose. L’industrie agroalimentaire dispose donc d’une grande marge de manœuvre.
    Mais, pour le moment, aucune étude n’a été menée pour évaluer les conséquences de l’irradiation des produits sous plastiques. Les autorités de santé en profitent donc pour ne pas prendre position tout en reconnaissant que la question est pertinente !
    On attend sans doute que le processus soit généralisé tandis que plusieurs pays ont décidé de s’engager sur cette voie hygiéniste, comme le Mexique, l’Inde et la Chine…

    Rester vigilant :

    Voici les aliments qui peuvent subir un traitement irradiant en Europe :

    • les herbes aromatiques séchées,
    • les épices,
    • les condiments du type ail, oignon, échalotes,
    • les légumes et fruits frais,
    • les flocons et germes de céréales,
    • les volailles,
    • les crevettes congelées…

    En France, les produits qui ont été irradiés doivent porter la mention « traité par ionisation » ou « traité par rayonnement ionisant ». Quand il s’agit de vrac, une affiche doit être apposée à côté. Mais en France, les contrôles sont incohérents, très variables… et nettement insuffisants. Le dernier rapport en date réalisé sur ce thème par la DGCCRF date de 2006 et fait état dune centaine de contrôles seulement.

  • Un vaccin dommageable pour la santé ?

     

    Varicelle : le vaccin augmenterait les risques de développer le zona

    La vaccination contre la varicelle pourrait augmenter le risque de zona chez les adultes. Le système immunitaire se renforcerait lorsqu’un individu entre en contact avec la maladie. Cela écarterait le risque de développer le zona.

    19 Janvier 2011 10h25

    Le Centre fédéral d'expertise des soins de santé (KCE) a indiqué, dans un communiqué de presse, que les contacts avec la varicelle réduisent en effet le risque de développement du zona. Après une varicelle, le virus reste présent "endormi" dans le corps, mais il peut "se réveiller" sous la forme d'un zona à la suite d'une baisse des défenses immunitaires. Or, la protection immunitaire se renforce chaque fois qu'un individu précédemment infecté par le virus de la varicelle entre en contact avec la varicelle, par le biais d'un enfant malade par exemple. Si ce mécanisme de renforcement du système immunitaire disparaît, notamment à la suite de la vaccination des enfants contre la varicelle, le nombre de cas de zona pourrait augmenter et survenir à un plus jeune âge. "Ce mécanisme n'est toutefois pas encore parfaitement connu et à l'heure actuelle le scénario théorique exposé ici, bien que plausible, n'a encore pu être ni confirmé, ni démenti clairement", souligne le KCE.     

     

    Un vaccin dommageable pour la santé ?

    Si ce scénario se confirme, un programme de vaccination contre la varicelle serait finalement plus dommageable que le statu quo d'un point de vue de santé publique, indique encore le KCE. Le Centre préconise donc de surveiller l'évolution du nombre de cas de zonas dans les pays ayant mis en place des programmes de vaccination des enfants contre la varicelle, avant de décider de la mise en place d'un tel programme en Belgique.

     

  • Catalogue AURO - Edition 2011

    auro1.jpgCatalogue AURO - Edition 2011

    Voici la gamme complète d'AURO regroupée clairement dans un catalogue illustré de 97 pages.

    Pour une utilisation rapide et confortable, nous recommandons de télécharger le catalogue et de le sauvegarder sur votre disque dur. Vous pouvez ensuite naviguer dans le catalogue, grâce à la fonction "PDF Quickfinder", qui vous permettra d'accéder rapidement aux produits que vous recherchez.

     

     

     

    http://www.auro.de/LANG3/downloads/catalogue.php

     en vente chez CLAIR DE TERRE    087 530 519    THEUX    (Spa) 

    FERME    dimanche,lundi mercredi.

  • produits Ha-Ra®

     

    un compteur pour votre site

    Notre gamme supplémentaire de produits Ha-Ra® est à votre disposition pour remédier à vos problèmes de nettoyage personnels. 

     

    en vente chez CLAIR DE TERRE  Theux   (Spa)

    087 53 05 19

    Lire la suite