• La consommation est le talon d'Achille du capitalisme.

    La consommation est le talon d'Achille du capitalisme.


    Dix Américains l'ont compris et ont mis en place une organisation à la fois originale et efficace si un maximum d'entre nous y adhère.
    De quoi s'agit-il ?
    C'est Isabelle Willot qui dans le "Le Vif/L'Express-Week-end"


    A première vue, l'histoire a tout du scénario bien ficelé d'une comédie à succès. Imaginez dix copains, la trentaine « upper middle class », pas vraiment dans le besoin donc, et plutôt soucieux de l'avenir de la planète. Un soir de fête bien arrosé, entre le risotto et le morceau de fromage artisanal, leur vient cette idée moins simple à mettre en œuvre qu'il n'y paraît: et si chacun d'entre eux imaginait passer l'année à venir sans s'autoriser à acheter un seul nouvel objet? Un vœu de non-consommation qui ne toucherait toutefois pas les « produits de première nécessité» : soit la nourriture, les shampoing, savon, dentifrice et autres produits d'entretien, les sous-vêtements et tout ce qui touche à la santé et à la sécurité.
    Douze mois plus tard, ce qui n'était à première vue qu'une bonne résolution comme on en prend des centaines, amenée inévitablement à passer à la trappe à la fin du mois de janvier, est aujourd'hui un mini-courant fort de milliers d'adeptes. Né à San Francisco, fin 2005, The Compact a migré, via le Net, vers d'autres villes américaines avant de gagner l'Europe. « Notre but est d'aller au-delà du recyclage, peut-on lire sur le site Internet du mouvement. De contrer la culture du tout-à-jeter, de réduire le gaspillage et les déchets dans nos maisons mais aussi de simplifier nos vies. »
    Une fois passé le désarroi des premières semaines - que faire, en effet, de ses week-ends dans un pays où le shopping, autorisé jour et nuit, est un véritable sport national -, les dix compères ont retrouvé le chemin de la bibliothèque du coin, sans oublier les vertus du troc et de la chine dans les boutiques (on-line ou pas) de seconde main. Face à un aspirateur cassé ou à un portable en panne, ils se sont aussi découvert des talents de réparateurs jusqu'ici insoupçonnés. « Ma relation aux objets a totalement changé, confiait, il y a peu, l'un des fondateurs de Compact au " Herald Tribune". J'apprécie d'autant plus encore ce que je possède aujourd'hui. »
    La chance aussi, souvent, leur a souri, mettant sur leur chemin, comme par magie, la pièce détachée ou l'accessoire dont ils avaient justement besoin. Un « Compact Karma» comme l'ont baptisé nos malicieux écologistes qui montre toutefois ses limites lorsqu'il s'agit de remplacer le bijou que l'on s'est piercé sur la langue - aussi engagée soit-elle, l'une des participantes n'a ainsi pas pu se résoudre à l'acheter usagé... - ou de réparer un thermos brisé en mille morceaux...
    Il n'empêche, à l'heure du bilan, ils étaient plusieurs à resigner pour 2007. Après s'être autorisés une journée - une seule dans un shopping center...


    Chiche ?


    Seconde_main_fr2

  •  Merci de nous aider à interpeller

    Merci de nous aider à interpeller les eurodéputés pour qu’ils défendent, contre la puissante industrie chimique, les intérêts des citoyens européens en protégeant la santé et l’environnement de l’exposition aux substances dangereuses.
    Participer à notre action >

     

     

     

     

     

     

    http://www.foe.co.uk/campaigns/safer_chemicals/chemical_reaction/index_fr.html

    sick of toxic chemicals?

     

  • Participez 5 minutes

     


     
     
     

    Participez à la plus grande mobilisation citoyenne contre le changement climatique !

    1er février 2007,
    Par Cyrielle Den Hartigh

    L’Alliance pour la Planète (groupement national d’associations environnementales) lance 5 minutes de répit pour la planète, un appel simple à l’attention de tous les citoyens : le 1er février 2007 entre 19h55 et 20h00, éteignez veilles et lumières.

    Il ne s’agit pas d’économiser 5 minutes d’électricité uniquement ce jour-là, mais d’attirer l’attention des citoyens, des médias et des décideurs sur le gaspillage d’énergie et l’urgence de passer à l’action ! 5 minutes de répit pour la planète : ça ne prend pas longtemps, ça ne coûte rien, et ça montrera aux candidats à la Présidentielle que le changement climatique est un sujet qui doit peser dans le débat politique.

    Pourquoi le 1er février ? Ce jour là sortira, à Paris, le nouveau rapport du groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) des Nations Unies. Cet événement aura lieu en France : il ne faut pas laisser passer cette occasion de braquer les projecteurs sur l’urgence de la situation climatique mondiale.

    Si nous y participons tous, cette action aura un réel poids médiatique et politique, moins de trois mois avant l’élection présidentielle !

    Faites circuler au maximum cet appel autour de vous et dans tous vos réseaux ! Faites le également apparaître sur votre site Internet et dans vos news letters.


     
     
  • Chauffer la Belgique au bois

    Chauffer la Belgique au bois

    http://nowfuture.org/uploaded_images/20061130_Trends.pdf

     

     

    Laurent Minguet a tout du «serial entrepreneur». Elu Manager de l’Année en 2004 par Trends-Tendances aux côtés de Pierre L’Hoest, avec qui il a fondé le groupe EVS Broadcast Equipment, il est aujourd’hui administrateur délégué de XDC, sa filiale spécialisée dans le cinéma numérique. Mais cet environnementaliste convaincu, ingénieur physicien de formation, consacre une partie de son temps à d’autres projets comme Horizon Pléiades, une société active dans la construction thermo-efficace, ATS, une entreprise d’installation de panneaux solaires, ou Coretec Engineering, un bureau d’études spécialisé dans la cogénération et la biomasse. «Mon objectif, aujourd’hui, n’est pas de devenir plus riche, mais de m’occuper davantage des autres et du futur», assure Laurent Minguet.
    Cet été, dans sa villa du Lubéron, il a planché sur un ambitieux plan de production de chaleur et d’électricité pour la Belgique. Il l’a résumé en un document de 13 pages, accompagné d’une présentation PowerPoint, qu’il a déjà soumis aux ministres wallons Jean-Claude Marcourt et André Antoine, ou à Philippe Bodson, ancien patron de Tractebel et président du GRE (Groupement de Redéploiement Economique pour le pays de Liège). (...)

    Lire en PDF l’intégralité de cet article (3 pages) de Christine Scharff paru dans Trends/Tendance (30/11/2006).

    Libellés : , , ,

  • Le millepertuis et la dépression

    Le millepertuis et la dépression
    Le millepertuis et la dépression En Allemagne, le millepertuis est l'antidépresseur le plus utilisé. Chaque année, il représente plus de la moitié des six millions d'antidépresseurs prescrits, toutes marques confondues, dans les cas de dépression légère ou modérée. Aux États-Unis et au Canada, des essais cliniques sur l'efficacité et les effets secondaires sont actuellement en cours. De plus en plus, le millepertuis est perçu par certains praticiens comme un produit susceptible de remplacer avantageusement les antidépresseurs modernes, souvent associés à des effets secondaires.

    Hypericum perforatum
    Le millepertuis est une plante vivace dont les fleurs jaunes apparaissent au début de l'été. Ses feuilles sont criblées de taches translucides, qui ressemblent à des trous minuscules. D'où son nom perforatum (perforation) ou pertuis (trous). Sur la fleur, on remarque des petits points noirs qui, lorsqu'on les presse, laissent écouler un liquide rougeâtre. Parce que la plante fleurit à l'époque de la Saint-Jean, on la connaît aussi sous le nom d'herbe de la Saint-Jean (St. John's Wort). Ses nombreuses propriétés, qu'elles relèvent du folklore ou non, lui ont valu plusieurs autres appellations: chasse-diable, herbe aux fées, herbe aux brûlures, herbe aux mille trous... De nos jours, ce sont surtout les effets antidépresseurs du millepertuis qui retiennent l'attention.

    Publicité
     


    Une plante pas tout à fait nouvelle
    Dans l'Antiquité déjà, on utilisait le millepertuis pour guérir les plaies et les ulcères ou soulager la douleur. Au Moyen Age encore, le millepertuis était largement utilisé en usage externe sous forme de baume. Et c'est à cette époque que l'on trouve les premières indications quant à son efficacité pour traiter la dépression et la mélancolie. Il devait cependant tomber aux oubliettes lors de l'avènement des médicaments modernes. C'est en Europe, particulièrement en Allemagne, qu'on a recommencé à s'intéresser au millepertuis. À tel point que, en l988, la plante y était officiellement approuvée comme médicament antidépresseur.

    Les effets du millepertuis
    Il faut quatre à huit semaines avant que le millepertuis agisse, bien qu'on ne sache pas encore exactement comment il agit. On croit que le principal ingrédient actif est l'hypericine, le pigment rouge contenu dans les vésicules de la fleur. Mais comment agit l'hypericine? Voilà toute la question. Plusieurs recherches cliniques indiquent que le millepertuis semblerait aussi efficace que les antidépresseurs modernes disponibles sur le marché pour traiter la dépression légère ou modérée. Les antidépresseurs provoquent souvent des effets indésirables, à tel point que certains patients préfèrent abandonner la médication. Avec le millepertuis, les effets secondaires seraient à peu près nuls lorsqu'il est consommé selon les recommandations habituelles, soit une dose de 300 mg trois fois par jour. C'est sans doute ce qui rend son utilisation si intéressante.

    Le pour et le contre
    En Europe, les plantes sont depuis longtemps reconnues pour leur effet thérapeutique et plusieurs pays européens réglementent les médicaments à base de plantes. En Allemagne, par exemple, le millepertuis étant considéré comme un médicament, sa fabrication et son étiquetage obéissent à des règles strictes. De plus, la consommation du millepertuis se fait généralement sous la supervision d'un médecin. C'est loin d'être le cas ici. L'absence de suivi médical peut empêcher le dépistage de certaines maladies physiques reliées à la dépression. Or, comme le millepertuis n'est pas indiqué dans les cas de dépression majeure, il est important de consulter d'abord un médecin afin que le type de dépression (légère ou modérée) soit clairement diagnostiqué.

    Les précautions
    Même s'il est rare de ressentir des effets secondaires à la suite de la consommation de millepertuis, certaines personnes peuvent se plaindre de maux d'estomac. C'est pourquoi on conseille de le prendre au moment des repas. On rapporte aussi certains cas de photosensibilité; il est donc préférable d'éviter le soleil pendant le traitement. De plus, il ne faut pas prendre le millepertuis en même temps que des antidépresseurs de synthèse, et surtout ne pas abandonner les médicaments déjà prescrits pour les remplacer par du millepertuis sans en parler d'abord à son médecin.