• LE CHARBON VEGETAL

     
    CHARBON VEGETAL




    Le charbon végétal actif est obtenu par carbonisation des coques de noix de coco ou de bois de peuplier. Grâce à un procédé, appelé activation, la surface d'adsorption est ensuite augmentée. Ce procédé a pour effet de créer sur la surface du charbon d'innombrables pores ou orifices microscopiques qui vont attirer les molécules des différentes substances chimiques que l'on absorbe, malgré nous, quotidiennement.

    Le charbon reste dans le tube digestif et absorbe les gaz , les toxines et les bactéries. Il est donc utilisé pour traiter les troubles digestifs tels que douleurs abdominales, ballonnements, troubles du transit. Il supprime l'aérophagie, les éructations, les gaz intestinaux, la mauvaise haleine due à une trop forte fermentation intestinale.
    En formant un pansement intestinal et en absorbant les bactéries, il aide au traitement des diarrhées (attention, il peut donc chez certains causer un peu de constipation).
    Pour ceux et celles qui veulent se désintoxiquer du tabac, de l'alcool ou de drogue, le charbon s'avère un allié précieux, car en adsorbant les substances chimiques, responsables de la dépendance, il permet de s'en libérer plus rapidement.

    On trouve du charbon dans les magasins d'aliments naturels sous forme de poudre ou de capsules

    LA PETITE HISTOIRE DU CHARBON ACTIVÉ

    L’histoire du Charbon activé remonte à l’antiquité. Les Égyptiens, puis les Grecs, l’utilisaient déjà comme antidote il y a de cela plusieurs millénaires. Ses propriétés font l’objet d’études scientifiques depuis le XVIIième siècle et il est utilisé depuis dans l’industrie et en médecine.

    Le Charbon activé est en fait du carbone, que l’on peut obtenir à partir d’une grande variété de matières premières, telles que le bois, la tourbe, la coque de noix de coco, etc. Ces produits sont convertis en charbon activé par un procédé de carbonisation et d’activation utilisant la chaleur sous atmosphère contrôlée. On doit d’abord calciner la matière première à des températures variant entre 600 et 900 degrés celsius en l’absence d’air. La matière première ainsi calcinée, elle est de nouveau chauffée entre 600 et 900 degrés celsius, mais cette fois-ci en présence de vapeur d’eau, d’air ou de gaz oxydants.

     vaste réseau de pores microscopiques... deviennent des pièges pour les substances étrangères

    Ce procédé donne au Charbon activé un vaste réseau de pores microscopiques et d’innombrables orifices de différentes grosseurs, qui deviennent des pièges pour les substances étrangères, et notamment pour les substances toxiques. Ce phénomène par lequel le Charbon activé capte et retient les substances étrangères est connu sous le nom adsorption.

    Plus le réseau de pores du Charbon activé est étendu, plus grande est sa surface d’adsorption. Un gramme de Charbon activé offre en moyenne une surface d’adsorption d’environ 1000 mètres carrés (1000m2).

    Pour tous ceux et celles qui ont le désir d’améliorer leur état de santé, de changer des habitudes de vie (fumer, boire), ou tout simplement de se détoxiquer (éliminer les additifs alimentaires: colorants, conservateurs, etc, qui se sont accumulés avec le temps au niveau gastro-intestinal), le Charbon activé  s’avère un outil idéal. Il a la capacité d’adsorber les substances toxiques, étrangères à notre corps.

    Ce moyen simple, efficace et peu coûteux de détoxiquer l’organisme, que l’on redécouvre de plus en plus aujourd’hui, est le Charbon végétal activé.

     

    Il ne doit pas être absorbé lorsqu'on prend la pilule anticonceptionnelle ou des médicament d'origine chimique

     

     


  • CAMOMILLE ROMAINE

    CAMOMILLE ROMAINE  Chameamelum e nobil

     

    Plante vivace de 0,10 à 0,30 m ont on utilise les fleurs.

    La camomille est digestive, antispasmodique, antalgique, antiseptique intestinal. On la conseille en cas de digestion difficile, de règles douloureuses de colites de migraine de nervosité d'insomnie, fièvre, courbatures. Elle est indiquée aussi pour les coliques et toute forme d'irritation intestinale.
    En usage externe (crème ou compresse) elle est efficace en cas de conjonctivite,  maladie de la peau, dartres, eczéma, inflammation des paupières.

    En infusion 2 cuillères à café pour 1/4 de litre d'eau bouillante laisser infuser 10 minutes ; 2 à 3 tasses par jour pour améliorer la digestion calmer la douleur des règles. 

    En huile 50 g de fleurs séchées pour 1/2 litre d'huile d'olive, laisser au soleil pendant 10 jours avant de filtrer. En friction pour les douleurs rhumatismales. 

    En vin digestif 50 g de fleurs séchées dans un litre de vin laisser macérer, filtrer.

    Dans un litre de vin rouge faire macérer 50 g de fleurs et 20 g de zeste d'orange non traitée pendant10 jours, ajouter 50 g de sucre roux et filtrer.

     

     

     

  • Conserver la biodiversité

    Conserver la biodiversité

    D.R

    Conserver la biodiversité ne signifie pas faire de la nature un sanctuaire . En effet, il pourrait être dangereux de créer de multiples zones protégées aboutissant à une sorte de " muséification " de la nature. Aujourd’hui, la conservation est admise comme la gestion et l’utilisation judicieuses de la nature et de ses ressources, pour le bénéfice des sociétés humaines ainsi que pour des motifs éthiques.
  • exprimons notre refus de l’irradiation des aliments

    Nous, organisations de défense des consommateurs et de la santé publique, de protection de l’environnement et luttant pour une économie plus juste et plus solidaire, exprimons notre refus de l’irradiation des aliments(1) et demandons aux institutions européennes d’agir concrètement afin d’obtenir l’abandon définitif de cette pratique dangereuse.

    Ce procédé est très souvent utilisé comme substitut à des pratiques sanitaires rigoureuses et induit les consommateurs en erreur : en effet, les signes typiques d’altération font place à des signes imperceptibles pour le consommateur qui n’est dès lors plus en mesure d’être alerté quand un aliment est douteux. De plus, l’efficacité de l’irradiation dans la lutte contre les maladies d’origine alimentaire est pour le moins sujette à caution : l’irradiation ne détruit en effet que partiellement les organismes pathogènes qui ont pu se développer dans les produits avariés ; en déstabilisant la structure microbiologique des aliments, elle les rend particulièrement sensibles au risque de contamination.

    L’irradiation n’est donc pas une solution contre les risques alimentaires. Au contraire, elle expose les consommateurs à des risques sanitaires avérés. D’une part, l’irradiation détruit de nombreux nutriments essentiels à une alimentation saine. D’autre part, l’irradiation entraîne la formation de substances nouvelles dans les aliments qui présentent des caractères toxiques pour les cellules et les gènes et qui favorisent le développement du cancer.
    Enfin, l’irradiation des aliments pose de nombreux problèmes environnementaux. La généralisation de ce procédé conduit à la multiplication des installations d’irradiation, ce qui aggrave le risque d’accidents liés au transport et à l’utilisation de matières radioactives et augmente la quantité de déchets radioactifs pour lesquels aucune solution durable n’est disponible. De plus, l’irradiation des aliments, utilisée pour allonger de façon
    artificielle la durée de conservation des aliments, encourage la délocalisation de l’approvisionnement alimentaire et augmente ainsi le gaspillage énergétique et les rejets de CO2 liés au transport.

    L’irradiation des aliments ne présente aucun avantage pour les consommateurs. En encourageant la délocalisation des productions alimentaires, elle menace le dynamisme de nos économies locales, notamment agricoles, et met en péril notre environnement. Les institutions européennes doivent réagir !

  • Nicole Collins vit au milieu des prés

     

     

     

    Nicole vit au milieu des prés, aux marches du Pays de Herve. A elle plus qu’à beaucoup d’autres, la vie a réservé son lot de vicissitudes. C’est de là, sans doute, que lui vient sa détermination à tout cran et qui force l’admiration de tous ceux qui sont amenés à la côtoyer un jour.

    Lentement, mais sûrement, dans un cadre enchanteur surplombant la vallée de la Vesdre, vantée jadis par Victor Hugo en route vers Spa, la ville d’eaux toute proche, elle s’est mise à construire sa vie. Et à construire aussi ce qui servira de cadre à celle-ci.

    Nicole y a élevé sa maison. Non pas pierre après pierre, mais bien rondin après rondin. Car sa maison, elle a choisit de la construire selon une technique originale, le bois cordé. Point de briques, ici, mais bien des rondins, les interstices entre chacun d’entre eux étant comblés par un mélange de mortier, de sciure et de chaux. L’intérêt ? Faible coût, la plupart des matériaux étant récupérés et recyclés. Et isolation particulièrement efficace. Des panneaux solaires assureront l’apport en eau chaude. Enfin, un système de lagunage permet de recycler et de réutiliser les eaux usées.

    Dans la prairie jouxtant sa maison, on extrayait jadis l’argile pour en façonner des briques. Cela va inspirer Nicole, qui redécouvre les vertus de ce matériau. L’argile devient donc omniprésente à l’intérieur de la maison, jusque dans la banquette qui accueille les visiteurs. Un matériau gratuit et aux multiples avantages, utilisable par tous, facile à travailler, qui contribue à créer une ambiance chaleureuse et douce dans la maison.

     

    Plantes sauvages, plantes précieuses

     

    Mais avant d’être bâtisseuse, Nicole s’intéressait surtout aux plantes sauvages qui nous entourent. Naturaliste autodidacte, elle a, de longues années durant, peaufiné ses connaissances acquises dés la prime enfance en cette matière. De cette passion naîtront plusieurs livres sur la cuisine des plantes sauvages comestibles, leurs vertus et les interdépendances entre les végétaux et leur milieu. Une passion que Nicole fait aussi partager au cours de nombreux stages qu’elle anime pour enfants et adultes.

    Une passion, mais aussi un art de vivre. Car les plantes sauvages constituent l’essentiel de l’alimentation de Nicole.

    Son excellente connaissance des vertus et propriétés des végétaux sauvages l’a également beaucoup aidée dans l’aménagement de sa maison et de ses abords. Elle a ainsi intégré des plantes vermifuges à l’argile utilisé dans  les aménagements intérieurs, pour éloigner les insectes. Et ces plantes, la tanaisie et la matricaire en particulier, sont également entrées dans la composition d’une mixture de son invention qui lui a permis de sauver le vieux pommier de son jardin, rongé par les ans et les insectes. A l’agonie, ce vieux pommier a désormais retrouvé une seconde jeunesse, récompensant par une récolte à nouveau abondante celle qui lui prodigua ces soins patients et attentionnés.

     

    Les oiseaux, indispensables auxiliaires

     

    Son autonomie alimentaire, Nicole la doit aussi, pour une large part, à son potager. Un potager pas vraiment comme les autres, puisque cultivé selon les règles du jardinage biologique, qui excluent toute utilisation de pesticides ou d’herbicides. Certaines plantes sauvages y sont également les bienvenues. Parfois en effet, leur simple présence est suffisante pour éloigner les insectes ravageurs ou prévenir l’apparition de certaines maladies. Des  nichoirs entourent le jardin et la maison, accueillant diverses espèces d’oiseaux, ces précieux auxiliaires se nourrissant des pucerons, chenilles et autres hôtes indésirables du potager. A la plus grande surprise des visiteurs, Nicole entame parfois avec ses amis ailés, un surprenant dialogue au gré duquel ses trilles répondent à ceux des oiseaux.

    Tout ce savoir, accumulé au fil des ans et des expériences, Nicole l’a publié dans plusieurs ouvrages, dont le dernier vient tout juste de sortir de presse. « Recycl’art » (disponible auprès de l’auteur). Du mur au talus, de l’arbre au nichoir, de la table au fauteuil, elle y explique son art du recyclage dans l’esthétisme et le confort.

    Nicole travaille actuellement à la rédaction du « Semainier de la nature », un livre-jeu qui permettra à chacun, enfant ou adulte, de découvrir et apprécier de manière ludique ce que la nature a à offrir au fil des saisons.

    Assurément, on ressort toujours d’une visite du petit coin de paradis de Nicole la tête pleine d’idées transposables chez soi. Sans compter les effets indéniablement bénéfiques de la tisane de menthe fraîche du jardin ou de la limonade aux fleurs du sureau généreusement servies à tout hôte de passage en ce lieu accueillant.

     http://users.swing.be/philippe.gason/tempo.htm

    Nicole Collins

    58b, Campagne

    4860 Wegnez-Pepinster

    087/34 06 31

     

     

     

  •  Le téléphone portable, gadget de destruction massive

     

    *** "Allo, c’est moi. J’suis dans le bus. J’arrive. A tout de suite." ***

    Le téléphone portable, gadget de destruction massive

     

    Hé bien voici une brochure qui brasse bien et horizone volontiers les perspectives sur les mobiles et leurs conséquences multilatérales et offusquantes...                  cette brochure est consultable :

    - en HTML sur ce site

    - par téléchargement :

    IMG/pdf/telephone.pdf (1 Mo)
    téléphone gadget

    IMG/zip/eerie_pubs_dingbats.zip (136.6 ko

     

     

    http://infokiosques.net/imprimersans2.php3?id_article=267

    http://www.teslabel.be/


     

  • les routes de la lavande

     

    Cette plante millénaire serait originaire de Perse. Au 1er siècle, Pline l'ancien, le naturaliste et Dioscoride médecin et botaniste mentionnent dans leurs ouvrages les lavandes "Aspic" et "Stoechas" et Dioscoride les classe parmi les plantes précieuses.

    Le mot lavande daterait du moyen-âge, mais cette plante était déjà utilisée par les Egyptiens, les Grecs et les romains pour parfumer leurs bains et entretenir leur linge.

    Les celtes fabriquaient une lotion à base d'huile essentielle de lavande appelée le "Nard Celtique" employé en pharmacie et en parfumerie.

     

     

    Propriétés : Calmante, sédative, antidépressive. Hypotensive. Antispasmodique, antalgique et anti-inflammatoire. Régénératrice de la peau.

    Recommandations : Stress, insomnie, anxiété. Hypertension. Rhumatismes, crampes musculaires, contractures, migraines. Acné, brûlures, eczéma, couperose, dermatoses infectieuses, plaies et escarres, ulcères variqueux.

    Usages : La lavande est la première H.E. de la trousse familiale; l'indispensable. La première que l'on utilisera pour les enfants (toujours diluée, quand-même). Dans les états nerveux, mettre 20 gouttes de lavande dans 2 c. à soupe d'huile végétale ou de bain moussant neutre; verser sous la turbulence du robinet et relaxer 20 minutes; la lavande est sédative : prévoir de se mettre au lit après le bain. Pour les enfants, on dilue toujours dans de l'huile végétale comme amande douce : 8 ans, 8 gouttes; 5 ans, 5 gouttes, 2 ans, 2 gouttes... Un remède classique de l'otite : mettre 2 gouttes d'H.E. lavande sur du coton (pas d'ouate), introduire au début du conduit auditif. Ne pas verser d'huile essentielle pure ou diluée dans l'oreille si on ne connaît pas l'état du conduit auditif.Contre l'hypertension, les migraines : appliquer 3 à 5 gouttes de lavande pure sur les tempes, la nuque, les poignets. Pour aider les enfants à s'endormir, faire diffuser de la lavande et de l'orange zeste en parts égales dans la chambre, durant 10 minutes avant de mettre les enfants au lit. On recommande souvent de mettre la lavande sur la taie d'oreiller; c'est une pratique à éviter pour deux raisons : on met le visage sur l'oreiller; or la lavande est quand-même une huile essentielle et peut irriter les yeux; c'est particulièrement vrai pour les enfants. Au milieu de la nuit, vous vous réveillez et l'odeur vous dérange; que faites-vous? Il aurait suffi de mettre l'huile essentielle sur un papier mouchoir que l'on garde près de soi et que l'on peut éloigner au besoin.Sur les plaies, préparer des compresses de lavande : dans un petit bol, verser ¼ tasse d'eau et 4 gouttes de lavande; y tremper de la gaze et appliquer sur l'endroit à traiter.Contre les douleurs musculosquelettiques, préparer une friction de lavande seule ou en synergie.1 goutte de lavande dans un masque de concombre estompe plusieurs imperfections de la peau.

    Synergies : avec l'eucalyptus citronné, le romarin à camphre, le laurier, la verveine citronnée, l'épinette noire et le pin sylvestre en friction pour les douleurs. Avec le géranium, le palmarosa pour la peau. Avec les agrumes pour la diffusion. Avec le Ylang Ylang comme hypotenseur.

    En pratique : bain - massage - friction - onction - enveloppement - diffusion - masque

    Précautions : les propriétés expliquées ci-haut s'appliquent à une bonne lavande, de qualité; se méfier des produits en réclame ou sans espèce botanique; l'huile essentielle n'a pas la couleur de la plante : une huile couleur lavande indique automatiquement un produit falsifié. Les femmes enceintes et les enfants de moins de 8 ans doivent toujours utiliser l'huile de lavande diluée dans une huile grasse. À éviter dans les crises d'asthme.

     

    La distillation d'une plante consiste à faire passer de la vapeur d'eau dans la fleur pour entraîner son huile essentielle. On distille dans un appareil appelé alambic. Aujourd'hui les quantités de fleur à distiller étant plus importante, cette action se fait dans une distillerie. Le terme alambic désigne le vase contenant la fleur.

    Découvrez les plus vieux alambics !

    La collection d'alambics a été réunie pendant plus de 20 ans par Georges Lincelé. Ses recherches se sont portées sur la région productrice de lavande fine ( le Vaucluse, les Alpes de Haute-Provence, les Hautes-Alpes, la Drôme). On distingue 3 techniques de distillation :

    I ) - Alambic à feu nu :

    Ce fut le premier procédé de distillation. Les alambics les plus anciens visibles dans le Musée datent de 1626 et 1670, ils viennent de la région de Lambruisse (04). Nous avons aussi des alambics à feu nu basculant comme celui d'allons (04) qui était municipal. Tous ces alambics sont en cuivre, façonnés à la main: ce sont des pièces uniques.

    A cette époque, les femmes avec les enfants allaient couper la lavande à la faucille dans la montagne. Il n'y avait pas encore de cultures, car celles-ci sont apparues au début du XX ème siècle. Les hommes étaient alors chargés de la distillation.

    2) - Alambic à bain-marie :

    Il s'agit d'une évolution importante dans les années 1920. En effet grâce au manomètre, la distillation se fait avec une pression et une température constantes. L'huile essentielle gagne ainsi en qualité et le distillateur en temps (de 2 h à moins de 1 h).

    Deux grands constructeurs pour ces alambics fabriqués en série : Prince de Marseille et Eysseric de Nyons. Le petit dans le Musée date de 1941, il y a une capacité de 80 kg de fleurs, le grand date de 1944 avec une capacité de 250 kg de fleurs. Certains de ces alambics fonctionnent encore aujourd'hui, mais leur capacité reste faible.

    3) - Alambic à vapeur :

    Ce sont des alambics qui bénéficient du manomètre, mais surtout ils ont une chaudière qui fonctionne au départ avec de la paille (recyclage de la lavande distillée), du bois, du charbon. Cette chaudière va permettre de distiller plusieurs vases de fleurs en alternance. Le plus ancien que nous ayons date du début du siècle, il vient de St André les Alpes (04), il a été conçu par un montagnard qui avait commandé une chaudière exceptionnelle à l'usine Chappée au Mans (72). Le second est itinérant, il date de 1925, c'est un Girod-Cellier d'Aix-les-bains.

    Notre famille distille aujourd'hui dans une distillerie fonctionnant avec une chaudière au gaz, deux vases contenant 1500 kg de fleurs, un détendeur de vapeur, un serpentin avec refroidisseur atmosphérique, 2 citernes pour stocker les eaux de pluie qui nous permettent de distiller les 80 hectares de lavande fine que nous cultivons.

    Nous récoltons avec 2 tracteurs enjambeurs "Clier" (la mécanisation étant apparue à la fin des années 1960).

    Le calendrier des travaux agricoles :

    Quand on parle de lavande, on imagine sa fleur bleue l'été, les distilleries qui embaument la région... mais sa culture n'est pas qu'une activité saisonnière.

    1) mars : ce sont les plantations. Quand le sol commence à dégeler, ramassage des jeunes plants de lavande fine dans les pépinières toujours en altitude ou des plants sauvages. Puis, nous plantons ces plants en racines nues dans les terres préparées. A l'aide d'une roue munie de pinces qui prennent les plants un par un, nous les plantons tous les 30 cm et les raies sont espacées de 1 m 50. Il y a 17000 plants à l'hectare. Chaque année 7 à 10 hectares sont replantés sur notre ferme lavandicole "Le Château du Bois".

    2) avril-mai : début du griffonnage, c'est-à-dire le désherbage mécanique avec un "griffon" positionné derrière le tracteur et muni de grosses «griffes» pour arracher l'herbe entre les raies de lavande. Pour les jeunes lavandes (-de 3 ans) le désherbage se fait à la bine, car les plants trop petits seraient arrachés par le griffon. Apport d'engrais organique dans les terres.

    3) mi-juin : début de la floraison. Nous arrêtons de griffonner car nous pourrions abîmer les jeunes fleurs en formation. Nous commençons à préparer la distillerie : remplissage cuve à gaz, niveau des citernes d'eau de pluie, contact avec les saisonniers...

    4) mi-juillet : c'est la pleine floraison, nous observons alors l'épis de nos lavandes pour sentir leur maturité et tenter d'arrêter une date pour le début de "la campagne". Fin juillet entre le 20 et le 27 c'est le début de la récolte. Les tracteurs s'élancent en premier dans les champs bien mûrs, puis 2 ou 3 jours après c'est le début de la distillation. Si la pluie ne vient pas nous gâcher le travail, la campagne dure environ 15 jours.

    Cette période est la plus excitante car c'est l'aboutissement d'une année de travail !

    5) août : il faut vite recommencer à griffonner car l'herbe a repoussé depuis début juin.

    6) octobre : il faut arracher les vieilles lavandes qui ont 10 ans, les brûler, puis préparer les terres pour les plantations de mars c'est-à-dire enlever les grosses pierres ensuite passer "une casseuse" pour broyer les pierres restantes, puis labourer pour aérer la terre pour qu'elle se repose tout l'hiver.

    7) novembre : c'est le moment de semer les graines dans des pépinières juste avant les grands froids de l'hiver. Ces graines germeront à partir d'avril l'année suivante. Il faudra attendre 3 ans pour pouvoir utiliser les plants pour une nouvelle plantation.

    8) décembre-janvier-février : le sol étant gelé, c'est le repos des terres et du lavandiculteur qui en profite pour réviser le matériel.

     

     

  • CONSEILS D’UTILISATION POUR LES EMPLOIS LES PLUS IMPORTANTS

    AURO

    PEINTURES NATURELLES

     

    CONSEILS D’UTILISATION POUR LES EMPLOIS LES PLUS IMPORTANTS


     


    Peindre les murs intérieurs de façon couvrante.

     

    SUPPORTS APPROPRIES

    -          enduit minéral solide, en bon état

    -          murs en pierres, en briques

    -          tapisserie bien adhérente

    (papier ingrain, tissus)

    -          ancienne peinture à dispersion en bon état

    -          plaques de plâtre (imprégnées selon prescription), sèches, propres et sans suintement.

     

    SUITE DU TRAITEMENT

    1.       1 x AURO Peinture murale n°321

    + max. 20% d’eau

    2.       1 x AURO Peinture murale n°321

    + max. 10 d’eau

     

    INDICATIONS

    -          Il est possible de nuancer la peinture murale en ajoutant selon ses goûts les colorants pour peinture murale AURO n°331-8.

    -          Bien laisser sécher l’essai avant de le juger.  Appliquer régulièrement et généreusement à l’aide d’un rouleau en peau d’agneau.  Les supports fortement absorbants devront être imprégnés avec AURO n°121.  Peindre les supports fortement contrastés avec AURO n°321 + 20% d’eau.  La peinture murale n°321 dégage une bonne odeur, elle est bien perméable aux vapeurs et a un effet positif sur le climat ambiant.

     

     

    Lasurer les murs intérieurs avec des couleurs végétales.

     

    SUPPORTS APPROPRIES

    -          enduit minéral solide, en bon état

    -          murs en pierres, en briques

    -          tapisserie bien adhérente

    (papier ingrain, tissus)

    -          ancienne peinture à dispersion bien adhérente

    -          plaques de plâtre (imprégnées selon prescription), sèches, propres et sans suintement

    -          ne convient pas pour les pièces humides.

     

    SUITE DU TRAITEMENT

    1.       1 x AURO Peinture blanche à la caséine n°351 avec 10% d’eau

    2.       1 x AURO Peinture blanche à la caséine n°351.  Laisser sécher 3 à 5 jours.

    INDICATIONS

    -          Imprégner selon prescription les supports fortement absorbants avec AURO n°121.  Les supports fortement contrastés devront être peints une première fois avec AURO n°351 + 20% d’eau.

    -          Il est possible de lasurer avec les couleurs minérales n°331-8 (diluer avec beaucoup d’eau).  Les couleurs fortement diluées doivent être liées à l’aide du liant AURO n°379.

    -          Les couleurs végétales sont merveilleusement transparentes.  Elles sont vivantes et harmonieuses.  Leur résistance à la lumière n’est pas illimitée.  Il est vivement recommandé de faire plusieurs applications superposées.  Un certain entraînement est nécessaire, nous conseillons de faire des essais.

     

     

    Protéger les sols en bois, en terre cuite et en liège tout en les laissant respirer.

     

    SUPPORTS APPROPRIES

    Sols en bois, liège, terre cuite.  Le support doit être sec, propre, exempt de graisse et absorbant.  Sur les bois riches en tanin (chêne), faire un essai.

     

    SUITE DU TRAITEMENT

    1.       Appliquer l’huile dure AURO n°126, selon la capacité d’absorption faire plusieurs passages.  Après 15 min. de préséchage, enlever soigneusement le surplus.  Laisser sécher 24h.

    2.       Faire une application de cire dure AURO n°171.  L’application doit être uniforme et très mince.  Laisse sécher 24 h puis polir vigoureusement (pour le bois, dans le sens des fibres du bois).

     

    INDICATIONS

    Le produit n°126 doit pénétrer dans le bois, les éventuels surplus doivent être éloignés à l’aide d’un chiffon sec au plus tard 15 min. après l’application.  Les grandes surfaces peuvent être polies avec une cireuse.  L’effet de patine est obtenue pour la terre cuite à l’aide des colorants n°151-9 (le noir est particulièrement recommandé).  Les finitions ainsi obtenues sont résistantes à l’eau, le bois garde son aspect naturel et agit favorablement sur le climat ambiant.  Il ne s’agit pas d’une vitrification à outrance et il faudra utiliser le sol en conséquence.

     

    Laquer le bois intérieur à l’aide d’une laque transparente séchant rapidement.

     

    SUPPORTS APPROPRIES

    Bois non traités ou simplement teints, secs, absorbants, finement poncés, ne convient pas au sol.

     

    SUITE DU TRAITEMENT

    1.       Imprégner avec AURO gomme laque transparente n°211 diluée avec 5-10% de diluant n°219.  Laisser sécher 4h puis poncer et dépoussiérer.

    2.       Appliquer la gomme laque AURO n°213, laisser sécher 4h puis poncer et dépoussiérer.

    3.       Appliquer la gomme laque n°213 comme en 2 sans ponçage.

     

    INDICATIONS

    L’application au pistolet est recommandée.  La présence de cires naturelles et d’acide sillicilique dans le produit donne une surface sympathique et agréable au toucher.  Les capacités de diffusion ne sont que faiblement entravées, l’accumulation d’électricité statique est très faible.  Toutefois la solution à pores ouvertes (huile et cire) devrait toujours être préférée.

     

     

    Laquer les sols en bois à l’intérieur.

     

    SUPPORTS APPROPRIES

    Sols en bois non traités ou poncés, propres, secs finement poncés.

     

    SUITE DU TRAITEMENT

    1.       Appliquer la laque AURO n°221 avec 20% de diluant AURO n°191.  Laisser sécher 24h puis poncer et dépoussiérer.

    2.       Appliquer parcimonieusement AURO n°221 avec 10% de diluant n°191.  Laisser sécher 48h.

    3.       Appliquer régulièrement et sans excès la laque non diluée.  Laisser sécher 48h.  La maturité finale ne sera atteinte qu’après quelques semaines.

     

    INDICATIONS

    La qualité du laquage dépendra essentiellement de l’absence de poussière.  Traiter les bois fortement absorbants avec n°121.  La laque forme un film et sera une entrave à la capacité d’absorption, ainsi qu’au contact avec les sens humains.  Partout où cela est possible, nous recommandons la solution à pores ouvertes.  La laque AURO n°221 n’est pas aussi dure que les vitrificateurs traditionnels et devra être ménagée.

     

     

     

     

    Laquer les radiateurs.

     

    SUPPORTS APPROPRIES

    Radiateurs et conduites en acier ou en fonte, traités d’usine, soumis à des températures ne dépassant par 90°.  Ils doivent être propres, exempts de graisse.

     

    SUITE DU TRAITEMENT

    1.       Traiter les parties rouillées avec AURO n°234.  Poncer au préalable.  Supporte des températures de 80°

    2.       Appliquer la laque pour radiateur AURO n°237, laisser sécher 24h.

    3.       Comme en 2.

     

    INDICATIONS

    Utiliser un pinceau de bonne qualité en soies naturelles ou bien un pistolet.  Dans ce cas, diluer à 10-15% avec AURO n°191.  L’émission de gaz est plus importante lorsque la température du radiateur augmente, c’est pourquoi une peinture naturelle est particulièrement recommandée pour les radiateurs.

     

     

    Protéger les armoires des attaques des mites.

     

    SUPPORTS APPROPRIES

    Intérieur des portes d’armoires à linge ainsi que les moulins à céréales.  Le support doit être sec, absorbant, exempt de graisse et finement poncé.

     

    SUITE DU TRAITEMENT

    1.       Appliquer la gomme laque AURO n°211 diluée avec 5-10% de diluant n°219.  Laisser sécher 4h puis poncer finement.

    2.       Appliquer la gomme laque n°215, laisser sécher 4h puis poncer.

    3.       Comme en 2 sans ponçage.

     

    INDICATIONS

    L’application au pistolet est particulièrement recommandée.  Le principe actif est apporté par l’huile essentielle de pin cembro, aucun agent fongicide ou insecticide synthétique est utilisé.  L’entretien régulier se fait à l’aide du polish au pin cembro (voir le chapitre entretien).

     

     

    Entretenir et protéger les jouets en bois.

    CLAIR DE TERRE              

    37,Hovémont  4910  Theux

    087 530519      Belgique         

    SUPPORTS APPROPRIES

    Jouets en bois de toute nature, non traités.  Le support doit être sec, exempt de graisse et absorbant.

     

     

     

    POSSIBILITES DE TRAITEMENTS

    1.       Imprégner et cirer, voir ce chapitre.

    2.       Laquer avec la gomme laque, voir ce chapitre.

    3.       Laquage couvrant avec les laques teintées, voir ce chapitre.

     

    INDICATIONS

    Les fonctions des jouets sont toutes particulières : éducation, découverte, développement des sens des enfants ; la solution à pores ouvertes devra toujours être préférée.  L’imprégnation n°121 peut être nuancée.  Toutes les couleurs obtenues avec les Peintures AURO sont résistantes à la sueur et à la salive.

     

     

    Traitement des bois contre les parasites.

     

    SUPPORTS APPROPRIES

    Bois porteurs sous toit, fenêtres, charpentes, solives.  Les bois doivent être non traités, absorbants et, si possible, encore humides.

     

    SUITE DU TRAITEMENT

    -          Pour les bois porteurs, préparer une solution avec 15% de sel de bore AURO n°111 dans de l’eau.  Selon les procédés d’application, d’autres concentrations sont possibles.  Les quantités de sel à apporter sont de 50 à 60 mg au m² ou 3 à 4 kg par m3. 

    -          Pour les bois non porteurs (si toutefois un traitement est nécessaire), il est possible de réduire la concentration à 5 ou 10% de sel dans de l’eau.  Les dépôts de sel pouvant se former à la surface du bois peuvent être retirés à l’aide d’un chiffon humide.  Pour des informations détaillées, consulter la fiche technique n°111.

     

    INDICATIONS

    Le sel de bore correspond aux exigences formulées par la norme N.F. X 40 111.  Le sel de bore ne contient pas de liant et devra être protégé du délavage par une couverture appropriée ou une application de peinture.  Ne dégage pas de vapeurs nocives aussi bien pendant l’application que par la suite, ne contient pas de métaux lourds ni d’hydrocarbures chlorés.  La protection des bois par un produit chimique est inutile.

     

     

    Traitement à pores ouvertes des fenêtres, portes et façades en bois.

     

    SUPPORTS APPROPRIES

    Tous les bois non traités ou traités au sel de bore, secs, propres et exempts de graisse.

     

     

    SUITE DU TRAITEMENT

    1.       1 à 2 applications d’imprégnation AURO n°121, enlever l’éventuel surplus.  Laisser sécher 24h.

    2.       Appliquer la lasure AURO n°131 avec 10-15% de pigments AURO n°150-9 pour la protection contre les U.V.  Laisser sécher 24 à 48h.

    3.       Comme en 2.

    4.       Comme en 3.

     

    INDICATIONS

    Il est également possible d’utiliser les lasures teintées AURO n°132 à 134.  Traiter les bois porteurs avec le sel de bore.  L’intérieur des fenêtres doit recevoir le même nombre d’applications que l’extérieur, peut être fait en incolore.  La rénovation se fait tous les 2 à 3 ans.  Une humidité de l’air élevée retarde le séchage.

     

     

    Laquer le bois, intérieur, extérieur.

     

    SUPPORTS APPROPRIES

    Bois non traité ou traité au sel de bore, sel, absorbant, exempt de graisse.

     

    SUITE DU TRAITEMENT

    1.       Appliquer l’imprégnation n°121, enlever l’éventuel surplus.  Laisser sécher 24h puis poncer et dépoussiérer.

    2.       Appliquer l’enduit de surfaçage n°231, régulièrement et sans raccord.  Laisser sécher 24h puis poncer et dépoussiérer.  A l’extérieur, l’enduit de surfaçage ne convient que pour des petites surfaces.

    3.       Appliquer la sous-couche pour laque n°233.  Laisser sécher 24h puis poncer et dépoussiérer.

    4.       Appliquer la laque n°235 ou 241-8 régulièrement et sans excès.

    5.       Comme en 4.

     

    INDICATIONS

    Traiter les bois porteurs avec le sel de bore n°111.  Avant un laquage teinté, appliquer la sous-couche avec 10% de laque teintée.  Pour obtenir des laquages de qualité, il faut veiller tout particulièrement à l’absence de poussière durant l’application.  Une humidité de l’air élevée retarde le séchage.

     

     

    Protection des bois en contact avec la terre.

     

    SUPPORTS APPROPRIES

    Bois en contact avec la terre, clôtures, silos, couches de jardinier.  Le bois doit être sec, exempt de graisse et absorbant.

     

    SUITE DU TRAITEMENT

    1.       Imprégner avec la poix végétale n°115.  Application au pinceau, au pistolet ou par trempage.

    2.       Comme en 1 en rajoutant cependant 10 à 15% de colorants n°151-9 pour la protection contre les U.V.

     

    INDICATIONS

    La poix végétale constitue une protection préventive contre les attaques de parasites et la décomposition du bois.  Dégage une forte odeur mais ne contient pas de goudron de houille, d’hydrocarbures chlorés, ni de métaux lourds.  Ne convient pas à l’intérieur.  Compatible avec tous les végétaux.  Se rénove facilement.

     

     

    Nettoyage et entretien « doux ».

     

    SUPPORTS APPROPRIES

    Tous les supports cités sur cette information, plus particulièrement les sols en bois et en liège, les meubles cirés, laqués ou lasurés, la pierre, la céramique, le lino, etc.

     

    SUITE DU TRAITEMENT

    Verser 1 à 3% de savon végétal n°411 dans de l’eau tiède.  Laver les surfaces citées sans les gorger d’eau avec un chiffon en lin ou en coton.  Les bois riches en tanin pouvant s’assombrir.

     

    INDICATIONS

    Le nettoyage se fait sans l’aide d’agents tensio actifs, sans agents chimiques de synthèse.  Convient particulièrement pour toutes les finitions biologiques.

     

     

    Entretenir et nettoyer les meubles.

     

    SUPPORTS APPROPRIES

    Tous les meubles cirés ou laqués (gomme laque déconseillée), ainsi que finitions traditionnelles.

     

    SUITE DU TRAITEMENT

    1.       Appliquer un peu de polish n°441 à l’aide d’un chiffon.

    2.       Les surfaces brillantes doivent être rapidement essuyées à l’aide d’un chiffon sec.

     

    INDICATIONS

    Le polish nettoie et entretient les meubles.  Les finitions synthétiques peuvent être améliorées grâce au polish et ainsi être rendues anti-statiques.

     

     

    Entretien des sols cirés.

     

    SUPPORTS APPROPRIES

    Sols cirés en bois, liège ou terre cuite non vernie, nettoyés avec le savon végétal.

     

    SUITE DU TRAITEMENT

    1.       Verser 5 à 10% d’émulsion d’entretien n°431 dans un peu d’eau tiède, appliquer la préparation ainsi obtenue à l’aide d’un chiffon en prenant soin de ne pas trop mouiller le sol.

    2.       Laisser sécher puis faire briller à l’aide d’un chiffon sec ou d’une cireuse.

     

    INDICATIONS

    L’application de l’émulsion d’entretien permet un recirage régulier et peu onéreux de toutes les finitions cirées.  Les surfaces très sales doivent être nettoyées avec le détergent à la cire n°421.  Les endroits ternes peuvent être recirés comme pour une première application.  Des modifications de couleurs peuvent apparaître sur les bois riches en tanin.

     

     

    Que faire en présence d’anciennes peintures ?

     

    ANCIENNES PEINTURES A LA COLLE

    Se reconnaissent aisément au doigt, les pigments se détachent facilement.  Eloigner ces peintures à l’aide d’une brosse ou d’une éponge puis procéder comme sur un support neuf.

     

    ANCIENNES PEINTURES A DISPERSION

    Se reconnaissent au doitg, les pigments ne se détachent pas ou peu du support.  Si cette peinture se trouve sur une ancienne tapisserie, il est souhaitable de tout enlever et de procéder ensuite comme sur un support neuf.  Il est préférable de ne pas décaper la peinture sur les enduits minéraux et la pierre, peindre par-dessus.  Les anciennes peintures bien adhérentes peuvent être repeintes après nettoyage.  Les parties écaillées doivent être éloignées.